Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

L’Ouganda ne fera pas marche arrière sur le projet EACOP

Manifestations Ouganda Tanzanie Chine EACOP
Image d'archive: Un manifestant tient une pancarte demandant l'arrêt du projet de pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP), lors d'une manifestation du groupe de protestation contre le changement climatique Extinction Rebellion, dans le centre de Londres, le 24 avril 2023. Ben Stansall / AFP

L’organisation 350.org, qui milite pour la sécurité climatique, demande aux bailleurs de fonds de ne pas financer la construction de pipeline de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP), long de 1 443 km, qui traverse la Tanzanie et l’Ouganda.

Jeudi, l’organisation basée à New York a accusé la société française TotalEnergies de profiter de l’Afrique en exploitant sa main-d’œuvre et en négligeant les communautés locales. Cette décision intervient alors que l’Ouganda se prépare à la troisième phase d’octroi de licences pour l’exploration pétrolière et gazière, qui vise à élargir les possibilités d’investissement dans le secteur.

TotalEnergies détient 62 % des parts d’EACOP, tandis que les autres actionnaires, l’Uganda National Oil Company (UNOC) et la Tanzania Petroleum Development Corporation (TPDC), en contrôlent 15 % et que la société chinoise CNOOC Uganda Limited en détient 8 %.

Même si l’opposition monte contre l’EACOP, les entreprises ougandaises ont la bénédiction de leur gouvernement pour collaborer avec les Chinois de manière bilatérale dans la promotion de l’adoption et de l’utilisation des technologies.

S’exprimant mercredi lors de la conférence China-Uganda Investment Economic and Trade Promotion à Kampala, le ministre ougandais de l’énergie, Opolot Okaasai, a balayé les inquiétudes des écologistes et a déclaré que la nation d’Afrique de l’Est offrait de grandes opportunités dans le secteur du pétrole et du gaz.

Citant le projet EACOP, M. Okaasai a noté que la Chine était un « partenaire commercial et de développement digne de confiance ». Il a déclaré que de tels partenariats permettraient aux jeunes chômeurs d’acquérir des compétences techniques qui contribueraient à la création d’emplois.

Le projet EACOP s’est continuellement heurté à l’opposition des activistes environnementaux et du Parlement européen, qui affirment que le projet violerait les droits de l’homme tout en affectant l’environnement. Le Climate Accountability Institute (CAI) a également publié l’année dernière une analyse affirmant que le projet entraînerait l’émission de 379 millions de tonnes d’équivalent CO2 (MtCO2e) au cours de sa durée de vie de 25 ans.

Malgré l’opposition, l’Ouganda et la Tanzanie poursuivent le projet visant à stimuler les économies des deux pays. Dans le même groupe de projets pétroliers et gaziers se trouvent les projets de développement Tilenga et Kingfisher dans le cadre du projet de développement du lac Albert.

M. Okaasai a déclaré que le troisième cycle d’octroi de licences pour le projet Tilenga offrait des opportunités d’investissement dans le segment en aval du secteur pétrolier et gazier ougandais. TotalEnergies détient une participation de 56,6 % dans le projet Tilenga, en partenariat avec l’entreprise publique chinoise China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) et l’UNOC.

Le projet comprend le développement de six champs et le forage d’environ 400 puits sur 31 sites. L’un des champs est situé dans le parc des chutes de Murchison, tandis que les autres sont situés à l’extérieur du parc, dans des zones rurales peu peuplées et essentiellement consacrées à l’agriculture.

CNOOC est également l’entrepreneur du projet de développement Kingfisher, l’un des premiers grands projets pétroliers en amont de l’Ouganda. Ce projet est mené en partenariat avec Total et Tullow Oil, qui détiennent chacun une participation de 33,33 %.

POURQUOI C’EST IMPORTANT: L’Ouganda mise sur le développement de son industrie pétrolière. Avec le pipeline EACOP 300 000 b/j devrait être transportés le brut sur 897 Kabaale, dans le district de Hoima, en Ouganda, jusqu’au port de Tanga, en Tanzanie. Le brut est destiné au marché international.

Les droits de passage en Ouganda sont encore en cours d’acquisition et la construction devrait commencer en novembre 2023. Malgré les difficultés, le financement des projets pétroliers et gaziers à partir de l’EACOP reste une réalisation importante pour l’Ouganda et la Tanzanie.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.