Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

FAQs

Foire aux questions (FAQs)

Nous croyons fermement en la valeur de la transparence au sein du Projet Chine Afrique et nous nous efforçons d’être aussi ouverts que possible sur tout ce que nous faisons, comment nous le faisons et pourquoi. Les FAQ suivantes représentent certaines des questions les plus courantes que nous recevons sur nous et le PAC. Nous continuerons à enrichir cette page au fur et à mesure que d’autres questions seront posées. Entre-temps, s’il y a quelque chose que vous aimeriez savoir et qui n’est pas abordé ci-dessous, n’hésitez pas à nous envoyer un courriel directement à eric@chinaafricaproject.com et cobus@chinaafricaproject.com et nous serons heureux de répondre à toutes vos questions.

QUESTION : Tout votre contenu était autrefois gratuit, pourquoi faites-vous maintenant payer un abonnement ?

RÉPONSE : Nous produisons un mélange de contenu gratuit et de contenu payant. Nos podcasts, « Student xChange » et le contenu des réseaux sociaux sont tous gratuits. Nous facturons un abonnement de 149 $ par an ou 15 $ par mois pour notre bulletin d’information quotidien par courriel ainsi que l’accès au fil d’actualité de PAC et à des analyses exclusives. La production de contenu journalistique de haute qualité est difficile, prend du temps et nécessite un investissement considérable que les fonds générés par les abonnements contribuent à soutenir. Nous avons délibérément maintenu les frais d’abonnement à un niveau peu élevé afin de rendre le contenu du PAC accessible au plus grand nombre.

QUESTION : Puis-je partager votre bulletin et vos articles ?

RÉPONSE : Absolument ! Notre objectif est d’atteindre le plus large public possible avec ces idées et d’engager des discussions fascinantes. N’hésitez pas à partager les newsletters et les articles, même s’il s’agit de contenu payant. Le plus important est de diffuser les idées.

QUESTION : Outre les abonnements, comment le PAC gagne-t-il de l’argent ?

REPONSE : Nous recevons actuellement deux modestes subventions du « Africa China Reporting Project » de l’Université de Wits et de la Commission européenne sur le climat pour couvrir les coûts de fonctionnement du projet Chine-Afrique et pour assurer la prise en charge des questions de viabilité dans le programme Chine-Afrique.

Nous sommes attachés à l’indépendance éditoriale et ne recevons pas de fonds, autres que les frais d’abonnement, d’une organisation qui compromettrait notre autonomie.

QUESTION : Le PAC dispose-t-il d’un personnel à temps plein et, si oui, où se trouve-t-il ?

RÉPONSE : Cobus vit et travaille à Johannesburg où il est chercheur principal sur la Chine et l’Afrique à l’Institut sud-africain des affaires internationales, son emploi à plein temps. Cobus continue à travailler à temps partiel, pendant son temps libre, sur le projet Chine-Afrique.

Éric travaille désormais à plein temps sur le projet Chine-Afrique, en produisant le bulletin d’information quotidien et en assurant la maintenance du site web du PAC. Il est basé à Ho Chi Minh Ville où il vit avec sa famille. Il a déménagé à Saigon après avoir vécu deux ans à Shanghai. Ne parvenant pas à trouver le travail qu’il souhaitait à Shanghai, Éric a alors décidé de revenir au Vietnam où il pouvait encore rester proche de la Chine (il n’y a que 3,5 heures de vol entre Saigon et Shanghai par exemple). Avant 2017, Éric a vécu au Vietnam pendant 5 ans, où il a dirigé la plus grande chaîne de télévision câblée d’information exclusivement commerciale du pays et a également dirigé les opérations numériques du magazine de mode français ELLE.

QUESTION : D’où viennent Éric et Cobus ?

REPONSE : Cobus est originaire d’Afrique du Sud et vit à Johannesburg. Éric est originaire des États-Unis, il est né et a grandi à Berkeley, en Californie, mais a passé une grande partie de sa vie adulte à l’étranger, vivant et travaillant à Tokyo, Pékin, Taipei, Hong Kong, Singapour, Kinshasa, Paris, Shanghai et maintenant à Ho Chi Minh Ville, au Vietnam.

QUESTION : Y a-t-il une organisation derrière la PAC ?


RÉPONSE : Non. Le CAP a été lancé par Éric Olander en 2010 sous la forme d’un simple blog alors qu’Éric vivait à Kinshasa. Quelques mois plus tard, quand Éric a déménagé à Paris pour travailler comme producteur et plus tard comme rédacteur en chef de FRANCE24.com, il a lancé un appel sur Twitter pour trouver quelqu’un qui l’aiderait à produire le podcast et à écrire du contenu sur la Chine et l’Afrique pour la page Facebook naissante du CAP. Cobus a répondu à l’appel et le CAP, tel que nous le connaissons aujourd’hui, a été officiellement lancé. Lorsque nous avons lancé le CAP, nous pensions sincèrement qu’il s’essoufflerait en un an, mais nous nous sommes dit que c’était un sujet qui nous intéressait, alors pourquoi ne pas essayer ? À partir de nos appartements, nous avons produit le podcast hebdomadaire et publié des mises à jour quotidiennes sur les canaux de médias sociaux, qui sont passés d’une simple page Facebook à Twitter, Medium, YouTube et LinkedIn.

En dehors des deux subventions modestes que le CAP reçoit (mentionnées ci-dessus), le CAP n’est pas impliqué, connecté ou autrement affilié à aucun autre groupe ou individu. Le CAP a été et continue d’être une entreprise gérée par nous deux en tant que partenaires égaux.

QUESTION : Pourquoi ne produisez-vous pas de contenu dans d’autres langues, notamment en chinois ?

RÉPONSE : Nous rêvons depuis longtemps de traduire le PAC dans différentes langues, notamment l’arabe, le français, le swahili et le chinois. Le plus grand défi a toujours été le temps. Il faut beaucoup de temps et d’efforts pour construire les plateformes, gérer le contenu, puis réunir une équipe de traducteurs et de créateurs de contenu aussi passionnés par le sujet que nous le sommes. Cela nécessite également de l’argent et, en tant qu’initiative autofinancée, nous avons estimé qu’il serait préférable pour nous d’allouer les ressources limitées de notre épargne personnelle pour nous concentrer sur le contenu en langue anglaise.

Au milieu des années 2000, nous avons ouvert un compte Weibo et commencé à publier une partie de notre contenu éditorial sur la populaire plate-forme chinoise Netease. Ces deux expériences n’ont cependant pas duré très longtemps, et nous avons décidé d’arrêter de publier en chinois pour deux raisons :

CENSURE : Les lourdes restrictions de contenu imposées par la Chine limitent notre capacité à avoir le type de discussion ouverte que nous jugeons si important. Plutôt que de nous censurer, nous préférons garder le contrôle de notre contenu. Ainsi, plutôt que de produire une version édulcorée de notre contenu pouvant s’adapter aux directives de censure strictes de la Chine, nous avons décidé de travailler directement pour créer un contenu personnalisé pour le marché chinois. Un exemple concret : le site web couvrant le Forum Chine-Afrique (FOCAC) de 2015 et celui de 2018 couvrant les lignes directrices du FOCAC.

SÉCURITÉ : Il est bien établi que le gouvernement chinois n’est pas aussi préoccupé par les étrangers qui produisent du contenu en langue anglaise pour un public international. Cependant, dès que le gouvernement estime que ce contenu est destiné à son propre peuple, dans sa langue maternelle, et qu’il n’est pas soumis au régime de censure habituel auquel est soumis le contenu chinois standard, les problèmes commencent à se poser. Par conséquent, même si Éric parle couramment le mandarin écrit et parlé, nous avons estimé qu’il serait prudent d’éviter de produire du matériel en chinois, tant pour notre propre sécurité que pour les personnes avec lesquelles nous travaillons en Chine.

QUESTION : Où puis-je trouver plus d’informations sur Éric et Cobus ?

RÉPONSE : La biographie professionnelle de Cobus sur le site de l’Institut sud-africain des affaires internationales est un bon point de départ. De plus amples informations sont également disponibles sur sa page LinkedIn.

Le meilleur endroit pour en savoir plus sur le parcours et l’expérience d’Éric est sa page LinkedIn.

Vous voulez en savoir plus ? Envoyez-nous un courriel à eric@chinaafricaproject.com ou cobus@chinaafricaproject.com et nous serons heureux de répondre à toutes vos questions.

Nous croyons fermement en la valeur de la transparence au sein du Projet Chine Afrique et nous nous efforçons d’être aussi ouverts que possible sur tout ce que nous faisons, comment nous le faisons et pourquoi. Les FAQ suivantes représentent certaines des questions les plus courantes que nous recevons sur nous et le PAC. Nous continuerons à enrichir cette page au fur et à mesure que d’autres questions seront posées. Entre-temps, s’il y a quelque chose que vous aimeriez savoir et qui n’est pas abordé ci-dessous, n’hésitez pas à nous envoyer un courriel directement à eric@chinaafricaproject.com et cobus@chinaafricaproject.com et nous serons heureux de répondre à toutes vos questions.

QUESTION : Tout votre contenu était autrefois gratuit, pourquoi faites-vous maintenant payer un abonnement ?

RÉPONSE : Nous produisons un mélange de contenu gratuit et de contenu payant. Nos podcasts, « Student xChange » et le contenu des réseaux sociaux sont tous gratuits. Nous facturons un abonnement de 149 $ par an ou 15 $ par mois pour notre bulletin d’information quotidien par courriel ainsi que l’accès au fil d’actualité de PAC et à des analyses exclusives. La production de contenu journalistique de haute qualité est difficile, prend du temps et nécessite un investissement considérable que les fonds générés par les abonnements contribuent à soutenir. Nous avons délibérément maintenu les frais d’abonnement à un niveau peu élevé afin de rendre le contenu du PAC accessible au plus grand nombre.

QUESTION : Puis-je partager votre bulletin et vos articles ?

RÉPONSE : Absolument ! Notre objectif est d’atteindre le plus large public possible avec ces idées et d’engager des discussions fascinantes. N’hésitez pas à partager les newsletters et les articles, même s’il s’agit de contenu payant. Le plus important est de diffuser les idées.

QUESTION : Outre les abonnements, comment le PAC gagne-t-il de l’argent ?

REPONSE : Nous recevons actuellement deux modestes subventions du « Africa China Reporting Project » de l’Université de Wits et de la Commission européenne sur le climat pour couvrir les coûts de fonctionnement du projet Chine-Afrique et pour assurer la prise en charge des questions de viabilité dans le programme Chine-Afrique.

Nous sommes attachés à l’indépendance éditoriale et ne recevons pas de fonds, autres que les frais d’abonnement, d’une organisation qui compromettrait notre autonomie.

QUESTION : Le PAC dispose-t-il d’un personnel à temps plein et, si oui, où se trouve-t-il ?

RÉPONSE : Cobus vit et travaille à Johannesburg où il est chercheur principal sur la Chine et l’Afrique à l’Institut sud-africain des affaires internationales, son emploi à plein temps. Cobus continue à travailler à temps partiel, pendant son temps libre, sur le projet Chine-Afrique.

Éric travaille désormais à plein temps sur le projet Chine-Afrique, en produisant le bulletin d’information quotidien et en assurant la maintenance du site web du PAC. Il est basé à Ho Chi Minh Ville où il vit avec sa famille. Il a déménagé à Saigon après avoir vécu deux ans à Shanghai. Ne parvenant pas à trouver le travail qu’il souhaitait à Shanghai, Éric a alors décidé de revenir au Vietnam où il pouvait encore rester proche de la Chine (il n’y a que 3,5 heures de vol entre Saigon et Shanghai par exemple). Avant 2017, Éric a vécu au Vietnam pendant 5 ans, où il a dirigé la plus grande chaîne de télévision câblée d’information exclusivement commerciale du pays et a également dirigé les opérations numériques du magazine de mode français ELLE.

QUESTION : D’où viennent Éric et Cobus ?

REPONSE : Cobus est originaire d’Afrique du Sud et vit à Johannesburg. Éric est originaire des États-Unis, il est né et a grandi à Berkeley, en Californie, mais a passé une grande partie de sa vie adulte à l’étranger, vivant et travaillant à Tokyo, Pékin, Taipei, Hong Kong, Singapour, Kinshasa, Paris, Shanghai et maintenant à Ho Chi Minh Ville, au Vietnam.

QUESTION : Y a-t-il une organisation derrière la PAC ?


RÉPONSE : Non. Le CAP a été lancé par Éric Olander en 2010 sous la forme d’un simple blog alors qu’Éric vivait à Kinshasa. Quelques mois plus tard, quand Éric a déménagé à Paris pour travailler comme producteur et plus tard comme rédacteur en chef de FRANCE24.com, il a lancé un appel sur Twitter pour trouver quelqu’un qui l’aiderait à produire le podcast et à écrire du contenu sur la Chine et l’Afrique pour la page Facebook naissante du CAP. Cobus a répondu à l’appel et le CAP, tel que nous le connaissons aujourd’hui, a été officiellement lancé. Lorsque nous avons lancé le CAP, nous pensions sincèrement qu’il s’essoufflerait en un an, mais nous nous sommes dit que c’était un sujet qui nous intéressait, alors pourquoi ne pas essayer ? À partir de nos appartements, nous avons produit le podcast hebdomadaire et publié des mises à jour quotidiennes sur les canaux de médias sociaux, qui sont passés d’une simple page Facebook à Twitter, Medium, YouTube et LinkedIn.

En dehors des deux subventions modestes que le CAP reçoit (mentionnées ci-dessus), le CAP n’est pas impliqué, connecté ou autrement affilié à aucun autre groupe ou individu. Le CAP a été et continue d’être une entreprise gérée par nous deux en tant que partenaires égaux.

QUESTION : Pourquoi ne produisez-vous pas de contenu dans d’autres langues, notamment en chinois ?

RÉPONSE : Nous rêvons depuis longtemps de traduire le PAC dans différentes langues, notamment l’arabe, le français, le swahili et le chinois. Le plus grand défi a toujours été le temps. Il faut beaucoup de temps et d’efforts pour construire les plateformes, gérer le contenu, puis réunir une équipe de traducteurs et de créateurs de contenu aussi passionnés par le sujet que nous le sommes. Cela nécessite également de l’argent et, en tant qu’initiative autofinancée, nous avons estimé qu’il serait préférable pour nous d’allouer les ressources limitées de notre épargne personnelle pour nous concentrer sur le contenu en langue anglaise.

Au milieu des années 2000, nous avons ouvert un compte Weibo et commencé à publier une partie de notre contenu éditorial sur la populaire plate-forme chinoise Netease. Ces deux expériences n’ont cependant pas duré très longtemps, et nous avons décidé d’arrêter de publier en chinois pour deux raisons :

CENSURE : Les lourdes restrictions de contenu imposées par la Chine limitent notre capacité à avoir le type de discussion ouverte que nous jugeons si important. Plutôt que de nous censurer, nous préférons garder le contrôle de notre contenu. Ainsi, plutôt que de produire une version édulcorée de notre contenu pouvant s’adapter aux directives de censure strictes de la Chine, nous avons décidé de travailler directement pour créer un contenu personnalisé pour le marché chinois. Un exemple concret : le site web couvrant le Forum Chine-Afrique (FOCAC) de 2015 et celui de 2018 couvrant les lignes directrices du FOCAC.

SÉCURITÉ : Il est bien établi que le gouvernement chinois n’est pas aussi préoccupé par les étrangers qui produisent du contenu en langue anglaise pour un public international. Cependant, dès que le gouvernement estime que ce contenu est destiné à son propre peuple, dans sa langue maternelle, et qu’il n’est pas soumis au régime de censure habituel auquel est soumis le contenu chinois standard, les problèmes commencent à se poser. Par conséquent, même si Éric parle couramment le mandarin écrit et parlé, nous avons estimé qu’il serait prudent d’éviter de produire du matériel en chinois, tant pour notre propre sécurité que pour les personnes avec lesquelles nous travaillons en Chine.

QUESTION : Où puis-je trouver plus d’informations sur Éric et Cobus ?

RÉPONSE : La biographie professionnelle de Cobus sur le site de l’Institut sud-africain des affaires internationales est un bon point de départ. De plus amples informations sont également disponibles sur sa page LinkedIn.

Le meilleur endroit pour en savoir plus sur le parcours et l’expérience d’Éric est sa page LinkedIn.

Vous voulez en savoir plus ? Envoyez-nous un courriel à eric@chinaafricaproject.com ou cobus@chinaafricaproject.com et nous serons heureux de répondre à toutes vos questions.