Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

La Chine réaffirme son soutien au pipeline EACOP en Ouganda

Chine EACOP Ouganda
Un militant portant un costume de Squid Game avec "TE" écrit sur le masque pour Total Energies pose à côté d'une fausse structure de pipeline EACOP lors d’une manifestation contre le projet à Paris le 23 septembre 2022. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L’envoyé spécial de la Chine pour la Corne de l’Afrique, Xue Bing, était porteur d’un message de soutien du président chinois Xi Jinping, au très controversé projet du pipeline EACOP en Ouganda.

Lors d’une rencontre avec le président ougandaise le 5 avril 2024, l’ambassadeur de Chine en Ouganda, Zhang Lizhong, a lu le courrier du président Chinois qui déclarait : « Je soutiens pleinement l’EACOP. Je pense qu’il favorisera le développement socio-économique de la région.« 

Le pipeline est développé en collaboration avec le français TotalEnergies ainsi que les gouvernements ougandais et tanzaniens. TotalEnergies détient 62 % des parts d’EACOP, l’Uganda National Oil Company (UNOC) et la Tanzania Petroleum Development Corporation (TPDC), en contrôlent 15 % et la société chinoise CNOOC Uganda Limited, filiale de la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) en détient 8 %.

Projet pétrolier et gazier, l’EACOP suscite des réactions farouches de la part des organisations environnementales qui dénoncent son caractère polluant et les violations des droits de l’homme qui entourent son développement.

Long de 1 443 km, traversant la Tanzanie et l’Ouganda, sa construction va exiger la délocalisation de plusieurs communautés locales.

EACOP approuvé par la Tanzanie
Carte du projet Eacop allant du lac Albert en Ouganda jusqu’au port de Mwanza en Tanzanie Photo: Eacop.com

POURQUOI C’EST IMPORTANT: La controverse autour du projet rend son financement difficile. D’un coût estimé à 5 milliards de dollars USD, il devrait être financé à 60% par des prêts et 40% par ses actionnaires. Alors que TotalEnergie a mis 2 milliards de dollars USD, les 3 milliards restant peinent à trouver des financiers. La liste des banques commerciales qui se retirent du projet est en constante progression.

Face à cette situation, le gouvernement ougandais espère en une plus grande participation financière chinoise bien que ne détenant que 8% de l’actionnariat du projet.

En mai 2023,  la ministre de l’Energie Ruth Nankabirwa annonçait que deux entreprises africaines et d’autres institutions bancaires africaines et chinoises devraient avancer 1.8 milliards de dollars. La China Eximbank était notamment sollicitée par l’Ouganda.

À la suite de la rencontre avec l’envoyé spécial de Chine, la présidence ougandaise a annoncé que la Chine invitait le ministre ougandais de l’énergie à Pékin pour discuter les possibilités des financements du projet.

Pékin aurait en effet intérêt à financer le projet dès lors que la CNOOC est en pleine expansion en Ouganda. En janvier dernier, elle inaugurait son premier forage pétrolier en Ouganda sur son bloc kingfisher sur le lac Albert.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.