Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Kenyans et Nigerians exagèrent-ils sur les promesses chinoises?

presse kenyane nigériane Chine milliards dollars

Un avertissement s’impose à propos d’une multitude d’articles parus dans la presse kenyane et nigériane la semaine passée, selon lesquels la Chine s’est engagée à dépenser des milliards de dollars pour de nouveaux projets ferroviaires dans les deux pays.

Il y a quelque chose qui cloche dans ces histoires.

Il est intéressant de noter que les titres des deux pays sont presque identiques, chacun utilisant le mot « s’engager » et citant les ministres des transports respectifs dans leurs rapports :


Je ne suggère pas qu’il y ait une quelconque conspiration, mais plutôt qu’il s’agit d’une question de politique intérieure dans ces pays et d’une mauvaise interprétation des intentions chinoises.

Au Kenya, les bailleurs de fonds chinois s’opposent depuis près de dix ans au financement de la phase 3 du chemin de fer à écartement standard, depuis son terminus actuel dans la vallée du Rift jusqu’à la frontière ougandaise.

Les conditions économiques du Kenya sont aujourd’hui pires qu’ils ne l’étaient il y a 5 à 8 ans lorsque ces mêmes demandes ont été faites, alors pourquoi les bailleurs de fonds chinois changeraient-ils soudainement d’avis, en particulier pour un pays qui a déjà du mal à rembourser ses dettes pour le développement du chemin de fer ?

Il est plus probable que le gouvernement kenyan tente de faire pression sur les Chinois en raison de la pression politique exercée par les circonscriptions locales de l’ouest du pays sur l’administration Ruto, qui doit montrer qu’elle est capable de mener à bien de grands projets de développement tels qu’une ligne de chemin de fer.

De même, au Nigeria, il y a longtemps, les banques stratégiques chinoises ont retiré leur soutien au financement de plus de 10 milliards de dollars de chemins de fer prévus. Et tout comme au Kenya, les fondamentaux économiques de ce pays d’Afrique de l’Ouest n’ont fait que se dégrader ces dernières années, avec la chute de la valeur du naira et l’augmentation de la dette nationale.

Compte tenu de tous ces éléments, il est tout à fait possible que ces informations soient vraies et que la Chine revienne dans le jeu du financement des chemins de fer en Afrique. Si c’est le cas, cela ne ressemblera probablement pas du tout à ce qui s’est fait dans le passé.

Les Chinois peuvent participer à ces projets en tant qu’entrepreneurs, fournir des crédits à l’exportation limités ou intervenir en tant que partenaires minoritaires, mais l’époque où des masses d’argent chinoises finançaient de grands chemins de fer en Afrique est probablement révolue.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner à ce sujet vient de notre propre rédacteur en chef pour l’Afrique, Géraud Neema, qui a déclaré que tant qu’il n’y a pas d’annonce officielle de la part d’un prêteur chinois, il est probablement préférable de ne pas prendre ces titres kenyans et nigérians trop au sérieux.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.