Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Kenya: William Ruto veut un milliard de dollars de la Chine

Kenya: William Ruto veut un milliard de dollars de la Chine
Le président kenyan William Ruto veut que la Chine apporte un financement pour achever les projets de construction en suspens. Simon Mania/AFP

Le président kenyan William Ruto s’apprête à faire une demande audacieuse d’aide financière d’un milliard de dollars à la Chine pour tenter de soutenir l’économie en difficulté de son pays. Le vice-président Rigathi Gachagua a déclaré que M. Ruto soumettrait la demande en personne lors de son voyage à Pékin à la fin du mois. Bien qu’il n’ait pas précisé quand le président prévoyait de se rendre en Chine, il est fort probable que ce soit à l’occasion du Forum de la nouvelle route de la soie, qui débutera le 16 octobre. M. Gachagua a indiqué que la demande du président serait divisée en plusieurs catégories :

CONSTRUIRE LES ROUTES : le président va demander un milliard de dollars de nouveaux prêts qui seront utilisés pour payer les entreprises routières afin qu’elles achèvent les projets de construction qui sont au point mort.

RAPPEL À LA RÉALITÉ: Il s’agit d’une demande absurde compte tenu du contexte actuel des prêts chinois à l’Afrique, et plus particulièrement au Kenya. Selon de nouvelles données de l’Université de Boston, un milliard de dollars est bien plus que ce que la Chine a prêté à l’ensemble de l’Afrique en 2022, soit le montant le plus bas depuis deux décennies. Au Kenya, les prêts chinois pour le financement du développement ont chuté d’un demi-milliard de dollars en 2017 à seulement 12,7 millions de dollars pour l’année fiscale en cours.

ALLÈGEMENT DE LA DETTE : Ruto va également demander à la Chine de restructurer la dette estimée à 6 milliards de dollars que le pays doit à des créanciers chinois, principalement pour rembourser les prêts utilisés pour construire le Standard Gauge Railway.

RAPPEL À LA RÉALITÉ: La demande du président Ruto est tout à fait raisonnable, étant donné que la Chine a restructuré les dettes d’autres pays à revenu moyen inférieur depuis la pandémie, mais pour une raison ou une autre, les créanciers chinois ont refusé les demandes précédentes du Kenya à ce sujet. La China Exim Bank a accordé au Kenya un report de six mois au premier semestre 2021, ce qui a permis au pays d’économiser 245 millions de dollars. Mais lorsque Nairobi a demandé à prolonger la période de report d’un semestre supplémentaire, la banque a refusé.

POURQUOI C’EST IMPORTANT: La demande d’un nouveau financement d’un milliard de dollars est une preuve de plus que le président Ruto n’est pas bien conseillé sur la gestion des relations avec la Chine. La politique intérieure de la Chine n’est tout simplement pas adaptée pour satisfaire ce type de financement, compte tenu des énormes difficultés rencontrées par de nombreuses provinces. La Chine ne dépense tout simplement pas ce genre d’argent pour des pays comme le Kenya qui ne sont pas au cœur de ses intérêts stratégiques, comme ceux de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient. Ce que le président aurait dû faire, s’il avait été correctement conseillé, c’est d’aligner ses demandes sur le nouveau modèle « Small is Beautiful » de Pékin afin de positionner le Kenya comme un modèle pour la manière d’engager Pékin dans cette nouvelle ère d’allégement et d’austérité. Mais rien de tout cela ne devrait surprendre, étant donné que même son nouvel ambassadeur en Chine, Willy Betty, est un ancien ministre de l’agriculture et PDG d’une société de semences qui n’a aucune expérience de la Chine.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.