Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

La Chine va pousser vers une utilisation du Yuan en Zambie

Dette zambienne frustration Zambie
Le président zambien Hakainde Hichilema présente sa déclaration nationale dans le cadre du Sommet des dirigeants mondiaux de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 à Glasgow, en Écosse, le 1er novembre 2021. ANDY BUCHANAN / POOL / AFP

Lors de sa rencontre, la semaine passée à Lusaka, avec le président zambien Hakainde Hichilema, le vice-président de la Banque de Chine, Lin Jingzhen a annoncé que la Banque de Chine en Zambie pousserait vers plus d’utilisation du Renmimbi (Yuan) en Afrique australe.

La décision fait suite à la volonté des deux pays, en septembre dernier, d’accroitre leurs transactions commerciales dans leurs monnaies respectives. Avec cette décision, Pékin tente d’accroitre l’usage du yuan dans plusieurs pays du Sud. En 2015, le Zimbabwe annonçait sa volonté d’intégrer l’usage du Yuan dans ses transactions.

Cette décision participe évidemment à la stratégie globale de la Chine de pousser vers l’énorme tâche, impossible pour certains, de dé-dollariser l’économie mondiale. À défaut d’y parvenir, Pékin peut tout de même gagner du terrain dans les transactions régionales.

Cette mesure pourrait être faciliter par la forte présence des entreprises minières chinoises qui produisent et exportent le cuivre zambien à destination de la Chine qui est en le principal consommateur.

En Afrique du Nord, L’Égypte émettait ses premières obligations panda libellées en yuans d’une valeur de 479 millions de dollars en octobre dernier; et recevait dans le cadre d’un accord de prêt, 7 milliards de yuans versés à la banque centrale d’Égypte par la China Development Bank.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.