Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Pourquoi l’Afrique préfère les chinois en matière d’infrastructure (2è partie)

Pourquoi l’Afrique préfère les chinois en matière d’infrastructure (2è partie)

Le président congolais Félix Tshisekedi était tout sourire le 14 novembre dernier lorsqu’il a officiellement inauguré une nouvelle sous-station électrique de 220Kv qui améliorera de manière significative l’approvisionnement en électricité d’environ deux millions d’habitants de la capitale, Kinshasa.

Le président a été rejoint par l’ambassadeur chinois Zhao Bin pour allumer la nouvelle sous-station de Kinsuka, construite par Shanghai Electric et financée en grande partie par un prêt de la China Exim Bank.

Le moment choisi par M. Tshisekedi pour couper le ruban d’un tel projet n’aurait pas pu être mieux choisi, puisqu’il intervient au plus fort de sa campagne de réélection, qui culminera le mois prochain lorsque les électeurs se rendront aux urnes.

Avec ce projet, en particulier, M. Tshisekedi peut dire de manière crédible aux électeurs que lorsqu’il est arrivé au pouvoir, il a promis d’améliorer le service d’électricité grâce à des infrastructures plus fiables et qu’il a maintenant tenu sa promesse.

Le président a inauguré la centrale de Kinsuka en juillet 2021 et aujourd’hui, 27 mois plus tard, au cours de son mandat présidentiel, M. Tshisekedi a pu faire ce que tout politicien aime faire par-dessus tout : couper un ruban.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT: Aux États-Unis, en Inde et dans certains pays européens, on pense à tort que les pays autocratiques préfèrent travailler avec la Chine plutôt qu’avec les démocraties. Ce n’est pas le cas.

En fait, dans les « démocraties », ce sont les dirigeants comme Tshisekedi qui sont souvent plus enthousiastes à l’idée d’engager les Chinois dans des projets d’infrastructure qui sont souvent réalisés au cours d’un seul cycle électoral, ce qui permet à un dirigeant de faire une promesse au début de son mandat, puis de faire campagne pour sa réélection une fois la construction achevée.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.