Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

La Zambie ne choisira pas entre la Chine et les Etats-Unis

Dette zambienne frustration Zambie
Le président zambien Hakainde Hichilema présente sa déclaration nationale dans le cadre du Sommet des dirigeants mondiaux de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 à Glasgow, en Écosse, le 1er novembre 2021. ANDY BUCHANAN / POOL / AFP

Davies Mwila, ancien secrétaire général du parti d’opposition Patriotic Front, de l’ex président Edgar Lungu, estime que le gouvernement zambien devrait faire des relations sino-zambiennes une priorité au détriment de celles avec les Etats-Unis.

Dans une interview accordée au médias zambien CAJ News Africa le 3 janvier 2023 à Lusaka, Davies Mwila a declaré : « Hakainde Hichilema en tant que président, doit ravaler sa fierté et aller négocier avec le gouvernement chinois à un niveau plus élevé« .

Il a estimé que la Chine demeure le meilleur partenaire financier de Zambie pour son développement comparé aux Etats-Unis qui ne sont pas là pour répondre aux besoins en infrastructures du pays.

La position du Patriotic Front n’est pas surprenante. Sous la présidence d’Edgar Lungu et Michael Sata – son fondateur qui s’était pourtant présenté comme un anti-chinois en 2011– , la Zambie a contracté d’énormes prêts au près de la Chine.

Par contre, au regard de ses divers prises de position, il est évident pour Haikande Hichilema qu’il ne faudrait pas que la Zambie se trouve dans une position de choix absolu entre la Chine et les Etats-Unis. Il revient à la Zambie de savoir tirer avantage de la coopération avec les deux pays, et ce bien malgré les postures de certains décideurs à Washington.

Invité par le Council on Foreign Relations à Washington, en marge du sommet US-Africa en décembre dernier, il avait refusé de présenter la Chine et ses prêts comme un problème pour la Zambie.

Il déclarait: « Il est important de comprendre comment [la dette chinoise en Zambie] a été acquise. Dans l’ensemble, elle était liée au développement des infrastructures. La Zambie a-t-elle besoin de développer ses infrastructures ? Oui. Absolument oui. Le problème n’était peut-être pas pour la Chine mais pour nous, emprunteurs en Zambie, de structurer la dette que nous avons obtenue – oui pour les infrastructures, mais la question est de savoir quelles infrastructures ? Ce n’est pas un choix pour la Chine. Cela aurait dû être notre choix en tant que Zambie. Nos priorités.»

La semaine passée, il estimait que la Zambie n’avait pas à choisir entre la Chine et les Etats-Unis et qu’il était possible pour la Zambie de tirer avantage des deux pays.

Lors du sommet US-Afrique, la Zambie a signé un accord de cooperation avec la compagnie américaine KoBold Metals pour un investissement de 150 millions de dollars dans une mine de cuivre et cobalt à Chililabombwe à la frontière avec la République démocratique du Congo.

LECTURE RECOMMANDÉE

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.