Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Haikande Hichilema parle des prêts chinois en Zambie

Haikande Hichilema parle des prêts chinois
Le président zambien Haikinde Hichilema s'exprimant lors d'un événement du Council on Foreign Relations à New York le 13 décembre 2022. Image via CFR.

Alors que le Ghana s’enfonce dans un marasme économique, beaucoup s’intéressent au processus de restructuration de la dette de la Zambie pour y trouver des indices sur le rôle de la Chine.

Le président zambien Hakainde Hichilema a donné un aperçu sur l’approche de son gouvernement sur la dette chinoise lors d’un événement du Council on Foreign Relations la semaine dernière.

Il a fait valoir que le problème de la Zambie n’était pas de contracter des prêts chinois pour ces infrastructures, mais plutôt que son prédécesseur avait contracté des prêts pour des projets routiers qui ne créaient pas de revenus. Au lieu d’éviter les prêts chinois, son gouvernement travaille désormais avec la Chine sur l’approvisionnement en énergie durable, qui fournira une double source de revenus. Tout en alimentant l’industrialisation du pays, elle permettra également à la Zambie de vendre de l’électricité aux pays voisins :

« Il est important de comprendre comment [la dette chinoise en Zambie] a été acquise. Dans l’ensemble, elle était liée au développement des infrastructures. La Zambie a-t-elle besoin de développer ses infrastructures ? Oui. Absolument oui.

« Le problème n’était peut-être pas pour la Chine mais pour nous, emprunteurs en Zambie, de structurer la dette que nous avons obtenue – oui pour les infrastructures, mais la question est de savoir quelles infrastructures ? Ce n’est pas un choix pour la Chine. Cela aurait dû être notre choix en tant que Zambie. Nos priorités.

« Nous avons besoin d’investissements, mais il est important de savoir où les appliquer. Je pense donc que la question est maintenant de savoir si la Chine comprend cela. Nous pensons que oui, car nous nous sommes engagés et nous continuons à le faire. Et nous sommes maintenant en mesure de dire que pour les routes, parce que notre bilan ne peut pas supporter la dette telle qu’elle a été acquise à l’époque, nous sommes passés à une combinaison de ce que nous pouvons soutenir financièrement par le biais de notre bilan, mais aussi par des partenariats public-privé qui sont vraiment hors bilan. »

Cela contraste avec les points de vue des parties prenantes américaines comme le sénateur Jim Risch, qui a présenté Hichilema comme s’opposant à l’influence chinoise sur le continent.

Regardez l’intégralité de l’interview du président Hakainde Hichilema sur la chaîne YouTube du Council on Foreign Relations. (en anglais)

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.