Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Comment les Africains perçoivent-ils l’accord de restructuration de la dette de la Zambie ? Deux chercheurs s’expriment

Réponse 1 : Par Amodani Gariba

La Zambie n’est pas seule dans la tourmente. Plusieurs pays africains risquent actuellement de ne pas rembourser leurs prêts. Il est donc encourageant que la Zambie, après avoir longtemps essayé d’obtenir un allègement de sa dette auprès de ses prêteurs, ait finalement obtenu un programme de 1,4 milliard de dollars du FMI. Mais cela n’aurait pas été possible sans l’accord de la Chine. La Zambie avait demandé un « traitement de la dette » au titre du cadre commun de traitement de la dette du G20, qui a succédé à l’initiative de suspension du service de la dette (ISDS)

La Chine, qui détient environ 30 % de la dette extérieure de la Zambie, a dirigé conjointement le comité des créanciers mis en place pour négocier les conditions de restructuration de la dette de la Zambie. Sans un consensus du comité, le conseil d’administration du FMI n’aurait pas approuvé le programme de 1,4 milliard de dollars pour la Zambie. À notre grande surprise, les Chinois ont accepté, ce qui a permis à la Zambie de respirer un peu. Auparavant, la Chine avait refusé d’adhérer à l’initiative DSSI visant à accorder aux pays en développement un allègement du service de la dette au moment du choc de la pandémie. Cette nouvelle pourrait raviver les espoirs des pays africains en situation de surendettement ou à haut risque de l’être. 

Comment les pays africains vont-ils réagir ? Allons-nous voir davantage de pays africains surendettés profiter de la plate-forme commune ? La Chine va-t-elle rendre l’allègement de la dette possible pour davantage de pays africains, comme elle l’a fait pour la Zambie ? Les réponses ne sont pas simples. Faisons une brève étude approfondie: 

En 2021, le service de la dette de la Zambie a absorbé à lui seul 45 % des recettes annuelles du pays. Au Ghana, ce chiffre est de 60 %, mais le pays s’est obstiné à ne pas chercher à obtenir un allégement de sa dette au titre du cadre commun. Sur les plus de 20 pays africains criblés de dettes, seuls trois ont demandé à bénéficier de la plate-forme commune. Les pays africains craignent que la Chine ne les prive de fonds futurs s’ils demandent une restructuration de leur dette. En outre, les pays africains qui demandent à bénéficier du service de la dette sont plus susceptibles d’être déclassés par les agences de notation, ce qui rend plus difficile l’accès aux prêts commerciaux privés européens. 

Jusqu’à présent, l’Éthiopie et le Tchad doivent encore obtenir l’autorisation des comités de créanciers pour que les accords d’allègement de la dette deviennent réalité. La Chine détient environ 8,6% de la dette publique totale du Tchad, qui s’élevait à 2,8 milliards de dollars en 2019. En outre, tous les prêts chinois au Tchad proviennent de banques politiques qui sont sous le contrôle de l’État. L’absence de prêteurs commerciaux rend probable le fait que la Chine accepte de restructurer la dette du Tchad. Mais il n’en va pas de même pour tous les pays africains.

L’Éthiopie présente toutefois un scénario tout à fait différent. Le pays doit rembourser aux prêteurs chinois environ 13,7 milliards de dollars, ce qui représente environ 36 % de sa dette extérieure totale. Une autre dimension qui mérite d’être prise en compte est que les entrepreneurs chinois non étatiques tels que Huawei et ZTE et les prêteurs commerciaux comme l’ICBC, qui détiennent environ 40 % des prêts chinois à l’Éthiopie, pourraient être moins enclins à la restructuration de la dette. Ces prêteurs se soucient moins de la politique de la dette et sont plus intéressés à récupérer leur argent. Ils peuvent également craindre de créer un précédent qui les hanterait à l’avenir. 

Le gouvernement chinois lui-même a subi une pression économique intérieure intense à la suite de la pandémie. Le FMI estime que l’économie chinoise connaîtra une croissance de 3,6 % et de 1,6 % en 2022 et 2023 respectivement, soit les taux les plus bas depuis 40 ans. Il est donc difficile pour la Chine de renoncer à sa dette ou de la restructurer à la hâte, même si elle le souhaite. 

Les décideurs africains ne peuvent que voir d’un bon œil le développement de la Zambie. Je prévois que d’autres économies africaines criblées de dettes suivront l’exemple de Lusaka et rejoindront le Cadre commun, mais elles doivent faire preuve de prudence. La situation de la dette dans chaque pays africain présente souvent un scénario unique qui nécessite des mesures politiques différentes. Ce qui a fonctionné pour la Zambie ne fonctionnera pas nécessairement pour l’Éthiopie. Si une demande d’adhésion au cadre commun peut ne pas donner de résultats rapides, les pays africains qui y ont recours risquent d’être déclassés par les agences de notation, ce qui rend l’accès aux fonds nécessaires encore plus difficile. En fin de compte, les pays africains pourraient être plus mal lotis.  

Amodani Gariba est un écrivain ghanéen et un étudiant en dernière année de licence à l’université technique de Koforidua au Ghana. Il dirige le service d’opinion de « Africans on China », une société de médias et de technologie basée à Accra qui s’efforce de faire entendre la voix de la jeunesse africaine dans l’espace Afrique-Chine. Ses travaux ont également été publiés par le groupe de réflexion sur l’Afrique de l’université de Pékin et le China-Global South Project. Ses recherches portent notamment sur les impacts politiques, économiques et sociaux des investissements chinois en Afrique.  

Réponse 2 : Par Christopher Edyegu

Je suis né et j’ai grandi en Afrique. D’aussi loin que je me souvienne, les gens parlaient toujours de la dette. Les rêves des générations de mes grands-parents et de mes parents étaient freinés par les prêts étrangers écrasants qui drainaient les budgets de développement. Compte tenu des difficultés d’endettement de nombreuses économies africaines aujourd’hui, il semble que ma génération sera elle aussi endettée. En tant que jeunes Africains, nous sommes fatigués et préoccupés par l’avenir de nos pays. Combien de temps devrons-nous faire face à ce gâchis ? Nous sommes très en colère contre nos gouvernements pour avoir signé ces accords et contre les créanciers internationaux parce qu’ils pourraient faire beaucoup plus pour résoudre les crises actuelles.

Compte tenu de ces sentiments, mes premières pensées à la nouvelle de l’accord sur la dette de la Zambie ont été le soulagement et l’espoir. Soulagement parce que la Zambie, qui est devenue en 2020 le premier pays africain à ne pas rembourser sa dette extérieure d’environ 14 milliards de dollars, recevait enfin une aide indispensable, aussi minime soit-elle. Il s’agissait également d’un accord historique, car c’était la première fois qu’un tel accord était conclu au titre du Cadre commun de traitement de la dette du G20, et il doit donc être célébré. Toutefois, ce n’est qu’un premier pas et le gouvernement zambien doit proposer publiquement une stratégie plus claire pour remettre l’économie zambienne sur les rails.

Néanmoins, l’accord sur la dette de la Zambie est susceptible de créer un précédent pour les États confrontés à une dette insoutenable. Cela pourrait concerner l’Éthiopie, le Tchad et le Ghana, ainsi que des pays asiatiques comme le Sri Lanka et le Laos. Alors que beaucoup accusent uniquement la Chine d’être responsable de la dette de l’Afrique, les faits racontent une histoire différente. L’organisation caritative Debt Justice, basée à Londres, a récemment révélé que les entités privées occidentales détiennent trois fois plus de la dette africaine (696 milliards de dollars) que les entités chinoises. On ne le saurait jamais, tant les États occidentaux ont reproché à la Chine d’enfermer les pays africains dans le piège de la dette.

Les gouvernements occidentaux devraient cesser de traiter ces pays comme des victimes à la merci de la Chine et commencer à les considérer comme des partenaires du développement. Les États occidentaux doivent également reconnaître leur propre rôle dans la crise de la dette africaine, cesser de blâmer et jouer leur rôle en adoptant des réformes qui permettront aux détenteurs d’obligations de rééchelonner plus facilement leurs prêts. Dans le même temps, la Chine devrait assurer une plus grande transparence et comprendre à quel point les citoyens africains sont préoccupés par le bien-être de leur pays. Enfin, les dirigeants africains doivent cesser de nous laisser tomber. Ils doivent prendre au sérieux les postes pour lesquels ils ont été élus. Notre génération est très impatiente et a un besoin désespéré de développement et nous n’accepterons rien de moins que cela.

Christopher Edyegu est le rédacteur Afrique du China Global South Project.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.