Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

L’Angola établit de nouvelles normes en matière d’infrastructure avec le corridor de Lobito

Le chemin de fer angolais, datant de l'époque coloniale, qui relie les ceintures de cuivre et de cobalt de la Zambie et de la RDC au port atlantique de Lobito, va faire l'objet d'une modernisation majeure.

Le ministère angolais des transports reçoit des louanges pour la manière dont il a géré l’appel d’offres pour la concession de 333 millions de dollars pour la reconstruction et l’exploitation du corridor ferroviaire de Lobito, datant de l’époque coloniale, qui relie les ceintures de cuivre et de cobalt de la Zambie et de la République démocratique du Congo au port atlantique de Lobito.

Contrairement à l’appel d’offres pour le Standard Gauge Railway au Kenya, où une seule étude de faisabilité a été soumise (par l’entrepreneur chinois qui a construit le chemin de fer) et où il n’y a pas eu d’appel d’offres ouvert, le processus angolais était complet, ouvert et compétitif.

« Il n’y avait pas de place pour l’influence ou les rumeurs, il n’y avait que des chiffres objectifs », a déclaré Eric Peiffer, directeur général de Vecturis, la société belge qui, avec le constructeur portugais Mota-Engil, a devancé plusieurs consortiums chinois pour remporter le projet.

Même si les entrepreneurs chinois n’ont pas réussi cette fois-ci, cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas été gagnants. Il est important de rappeler que la société d’État China Communications Construction Company possède près d’un tiers de Mota-Engil et que des entités chinoises ont obtenu la concession pour l’exploitation du port de Lobito, de sorte que la présence chinoise dans ce projet sera néanmoins très importante.

Pourquoi est-ce important ? L’Angola pourrait servir d’exemple à d’autres pays en développement pour la mise en place d’une procédure d’appel d’offres réussie, transparente et compétitive, incluant la participation active d’acteurs chinois.

LECTURE RECOMMANDÉE :

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.