Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

La Chine et le projet Simandou en Guinée

Le 10 mars dernier, le gouvernement guinéen décide de suspendre les activités sur le projet Simandou, l’un des plus grands gisements de fer au monde. Bien que les motifs ayant motivé cette décision ne soient pas encore connus, le gouvernement guinéen a évoqué la « défense des intérêts guinéens ». 

Cependant, La question de la construction du chemin de fer Trans guinéen, condition imposée par les autorités guinéennes aux compagnies exploitant Simandou, ne serait pas étrangère à cette suspension.  

Le projet Simandou est une alternative sérieuse pour la Chine qui tient à se libérer de la dépendance au fer australien.  Elle est présente sur le projet, à travers deux entreprises, Shandong Weiqiao et Chinalco. Et donc la décision de suspendre les travaux a de quoi inquiéter la Chine

Pour en parler, nous avons reçu Herve Lado, Directeur régional au Natural Resource Governance Institute (NRGI) et Amadou Bah, Directeur de l’Ong guinéenne Action Mines.  

Notes de l’emission:

À propos de Herve Lado et Amadou Bah:

Hervé Lado est économiste, spécialisé en économie politique du développement. Basé à Dakar, il est directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre francophone de Natural Resource Governance Institute (NRGI), une organisation non gouvernementale basée à New York qui travaille avec les gouvernements et les sociétés civiles pour promouvoir une gestion responsable des ressources extractives.

Amadou Bah est fondateur et Directeur Exécutif de l’ONG ACTION MINES GUINEE, une ONG qui milite pour la bonne gouvernance du secteur minier Guinéen.  Amadou BAH est coordinateur du collectif des organisations pour la Défense des droits des communautés impactées par les projets de développement en Guinée ‘’ COD-DC’’. Il est également Membre du comité de pilotage de l’ITIE -Guinée au compte du collège société civile.