Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

L’Ambassade de Chine en Angola rappelle que l’exploitation de la cryptomonnaie est illégale

Ambassade de Chine Angola cryptomonnaie exploitation illégale
Logo de Bitcoin à Hong-Kong. DALE DE LA REY / AFP

Dans un communiqué publié sur son site internet, l’ambassade de Chine en Angola a tenu a rappeler à ses ressortissants en Angola que les activités d’exploitation de cryptomonnaie sont désormais illégales dans le pays.

Dans son communiqué, l’ambassade rappelle les conséquences légales liées – trois à douze ans de prison – à l’exploitation, désormais illégale, de la cryptomonnaie en Angola.

Entrée en vigueur depuis le 10 avril 2024, la loi vise à mettre fin à une activité qui exerce une pression énorme sur le réseau électrique et qui impacte l’approvisionnement en électricité de plusieurs foyers angolais.

La consommation électrique quotidienne de l’exploitation de la cryptomonnaie en Angola est estimée à 9.6 megawatts qui équivaudrait à la consommation électrique de 3000 foyers.

Plusieurs entreprises chinoises avaient profité du faible coût de l’électricité en Angola pour s’installer au pays faisant de l’Angola le plus grand hub d’exploitation de cryptomonnaie en Afrique.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.