Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Violation des droits de l’homme dans une entreprise chinoise en Ouganda

Violation droits de l'homme entreprise chinoise Ouganda
Mur de l'entreprise Wagagai Mining en Ouganda. Photo: RedPepper Uganda.

Wagagai Mining (U) Limited, une filiale de la Liaoning Hongda Group, enregistré dans le district de Busia dans l’est de l’Ouganda, est au coeur d’une controverse. Deux de ses employés chinois sont accusés de maltraitance et d’agression envers un employé local ougandais. Il aurait été accusé de vol par sa hiérarchie qui a décidé de se faire justice en le faisant tabasser au point de le laisser pour presque mort.

A l’intervention de la police, les responsables chinois auraient changé leur version des faits accusant l’ougandais arguant un cas de légitime défense face à l’employé qui les aurait attaqué les premiers. D’autres employés locaux, qui ont assisté à la scène, auraient été menacés par la hiérarchie de l’entreprise afin de corroborer les faits présentés à la police.

Wagagai Mining possède un permis d’exploitation aurifère de 9,24 kilomètres au nord de la ville de Busia, dans l’est de l’Ouganda et dispose d’un plan d’investissement de 200 millions de dollars.

POURQUOI C’EST IMPORTANT: Les entreprises minières chinoises en Afrique ont très mauvaise réputation en matière de droits de l’homme. Elles sont fréquemment accusées d’abus et violation des droits de l’homme et de non-respect des normes légales en matière de travail. En 2022, plusieurs cas similaires ont été rapportés en Afrique. Au Rwanda, le gouvernement avait condamné le responsable chinois d’une entreprise minière, à 20 ans de prison pour avoir donné des coups de fouet à un employé après l’avoir attaché à un poteau.

Plus de détails à lire sur RedPepper Uganda (en anglais)

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.