Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Les autorités congolaises reviennent sur le voyage de Tshisekedi en Chine

Pékin félicite Felix Tshisekedi réélection en R. D. Congo
Le président de la RDC, Félix Tshisekedi (à droite), lors de son récent voyage à Pékin. Depuis lors, les autorités ont tenté de minimiser l'importance de ce voyage, face aux critiques internes. Image : Thomas Peter / AFP

Background: En conférence presse en début de semaine, le gouvernement congolais a tenu à replacer le contexte du voyage du président congolais en Chine. Le porte parole du gouvernement et les ministres présents ont insisté qu’il ne s’agissait pas d’un voyage de rénégociation ni de signature de gros et nouveaux contrats. Une sortie médiatique qui tient à mettre fin aux critiques sur le bilan, visiblement chetif, de ce voyage du président congolais. Dans une interview accordée au rédacteur en Chef du China Global South Project, Cobus Van Staden, je lui fais ma lecture de cette communication du gouvernement congolais.

Nous avons demandé à Geraud Neema, rédacteur en chef de China Global South Afrique francophone et analyste politique de la RDC, d’expliquer les tentatives des responsables de la RDC de recadrer le voyage sans éclat du président Félix Tshisekedi à Pékin.

COBUS: Pourquoi les ministres ont-ils tant insisté sur le fait qu’ils n’étaient pas allés en Chine pour signer des contrats ?

GERAUD: Après les nombreuses critiques concernant le manque de résultats tangibles de leur voyage en Chine, il était important pour le gouvernement congolais de réaffirmer ce qu’il considérait être comme l’objectif principal de ce voyage. Avant le voyage, la presse nationale et internationale ont présenté la signature de nouveaux contrats et la renégociation des contrats existants comme les principaux objectifs de la mission. La décision prise avant le voyage de lancer des renégociations formelles de l’accord controversé sur les ressources contre les infrastructures de Sicomines avec les parties prenantes chinoises a contribué à alimenter ce discours.

Malheureusement, le gouvernement a laissé courir l’information sans trop y mettre d’effort pour la démentir. En fin de compte, lorsque ces deux objectifs n’ont pas été atteints et que le voyage a été perçu comme un échec, il est devenu important de changer le discours.

COBUS: Pourquoi n’ont-ils pas communiqué les attentes à l’avance ?
GERAUD: Sans doute parce qu’ils ne savaient pas à quoi s’attendre. Je ne pense pas qu’ils aient suffisamment préparé ce voyage pour pouvoir fixer des objectifs clairs et les communiquer au public. De plus, après avoir passé près de deux ans à critiquer deux importants investissements miniers chinois, la décision de lancer officiellement des renégociations avec des entreprises chinoises juste avant le voyage a compliqué la communication de Kinshasa sur ce qui serait les objectifs de ce voyage. La crainte étant certainement de ne pas présenter des objectifs à minima. C’est pourquoi je pense qu’ils ont laissé libre cours à le narratif des médias, en espérant peut-être que cela mette un peu de pression sur Pékin. Mais c’était un pari risqué qui s’est retourné contre eux.

COBUS: Comment les réactions nationales ont-elles évolué depuis le retour de Chine ?

GERAUD: L’attention est retombée assez rapidement. Dès qu’il a été établi que rien de tangible n’était ressorti de ce voyage, les opposants n’ont plus eu besoin de s’attarder sur le sujet, car il y a des questions intérieures plus urgentes. Le gouvernement a également voulu tourner la page et la conférence de presse a permis de clore ce chapitre.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.