Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

William Ruto face au dilemme de la dette kenyane

William Ruto face au dilemme de la dette kenyane
Extérieur du bâtiment du Trésor national du Kenya à Nairobi. Simon Mania/AFP

Le nouveau président du Kenya, William Ruto, à peine entré en fonction doit faire face à la question de la dette massive du Kenya. Le service de la dette a absorbé 63,5 % des recettes fiscales au cours des deux premiers mois de l’exercice financier en cours, un taux qui devrait se poursuivre l’année prochaine. Pour la première fois, les remboursements de la dette devraient également dépasser les coûts de fonctionnement du gouvernement. 

La dette du Kenya a été multipliée par quatre sous son prédecesseur Uhuru Kenyatta, ce qui fait craindre un surendettement. Jusqu’à présent, M. Ruto n’a pas donné d’indications sur la manière dont il compte s’attaquer à ce problème, se contentant d’appeler les Kenyans à accroître leur épargne intérieure et à payer leurs impôts. Le nouveau gouvernement est confronté à un déficit budgétaire de 7,1 milliards de dollars pour l’exercice financier en cours, ce qui augmente le risque qu’il soit contraint d’avoir recours à des prêts commerciaux plus coûteux.

Tendances de la dette kenyane :

  • MULTILATÉRAUX EN HAUSSE, COMMERCIAUX EN BAISSE : Au cours des trois dernières années, le Kenya a eu recours à des prêts à taux préférentiels de bailleurs de fonds multilatéraux comme la Banque mondiale pour un montant de 685,87 millions de dollars. Ces prêts sont assortis de délais de remboursement plus longs et de taux d’intérêt plus faibles. En revanche, pendant la pandémie, le Kenya a réussi à réduire de moitié sa part de prêts commerciaux à court terme, plus coûteux. Toutefois, la dette commerciale a bondi de 6,3 milliards de dollars au cours des trois années précédentes.
  • BILATÉRAUX EN HAUSSE : Les prêts bilatéraux provenant de gouvernements étrangers ont augmenté de 219,97 millions de dollars entre juin 2020 et juin 2022, contre un bond de 4,4 milliards de dollars au cours des trois années précédentes. La Chine est un bailleur de fonds important, avec 43 prêts de différents types s’élevant à 9,3 milliards de dollars, selon China-Africa Research Initiative.

Il convient de noter que le Kenya n’est guère le seul pays africain à se démener pour rembourser sa dette. Le Nigeria aurait dépensé 14,19 milliards de dollars en remboursements de dette au cours des 16 derniers mois, la facture du service de la dette ayant explosé à 109 % entre décembre 2021 et mars 2022.

LECTURE RECOMMANDÉE :