Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Le Zimbabwe signe un accord de 2.83 milliards de dollars avec des entreprises chinoises

Le Zimbabwe signe un accord de 2.83 milliards de dollars avec des entreprises chinoises
Image d'illustration : Un ouvrier chinois dans une usine qui fabrique des batteries au lithium pour les voitures électriques à Nanjing, dans la province chinoise du Jiangsu (est).STR / AFP

« Le gouvernement du Zimbabwe a paraphé un protocole d’accord de 2,83 milliards de dollars avec les entreprises chinoises Eagle Canyon International Group et Pacific Goal Investment Ltd. Le partenariat tripartite porte sur la construction dans le pays d’Afrique australe d’un complexe industriel étendu sur 5 000 hectares destiné à transformer localement plusieurs métaux dont le lithium. » (AGENCE ECOFIN)

Depuis peu le Zimbabwe s’est engagé dans un processus de développement de son secteur minier. L’objectif est d’intégrer la transformation des minerais en produits finis afin d’en tirer des dividendes conséquentes.

Comme beaucoup d’autres pays riches en ressources naturelles dans les pays du sud, le Zimbabwe tient à profiter de la transition énergétique pour tirer avantage de son lithium. Et pour ça il lui faut quitter la simple position de pays producteur et développer des capacités de transformation et de commercialisation des produits finis.

En juin, le gouvernement zimbabwéen sommait le chinois Zhejiang Huayou Cobalt d’intégrer une usine de traitement, de transformation et de production de carbonate de lithium dans son projet d’Arcadia d’ici cinq ans.

Zhejiang Huayou avait prétexté le déficit humain et en infrastructures du pays pour rencontrer les demandes du gouvernement.

Si ce protocole d’accord venait à se concrétiser, le Zimbabwe deviendrait un hub minier continental car il pourrait aussi transformer le cobalt congolais qui jusqu’à présent est transporté en Chine pour transformation.

LECTURE RECOMMANDÉE