Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Les USA peuvent-ils rivaliser avec la Chine en Afrique?

En janvier et mars 2022, la Chambre des représentants et le Sénat américains ont adopté un projet de loi de plusieurs milliards de dollars – America Competes Act 2022– visant à améliorer la compétitivité des États-Unis face à la Chine. Il comprend également un certain nombre de dispositions clés visant à réduire l’influence chinoise en Afrique.


IMPACT CHINOIS SUR LES INTÉRÊTS STRATÉGIQUES DES ÉTATS-UNIS EN AFRIQUE : La nouvelle législation exigerait que le Département d’État et le Directeur du renseignement national soumettent un rapport au Congrès qui évalue « l’activité politique, économique, socioculturelle et du secteur de la sécurité de la Chine en Afrique » et comment cela affecte les intérêts américains sur le continent. 

– AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ DES ÉTATS-UNIS EN AFRIQUE : le Congrès exigera que le Secrétaire d’État forme un groupe de travail inter-agences comprenant l’USAID, le DFC, l’USTR et le Département du commerce, entre autres, pour présenter une « stratégie pluriannuelle visant à accroître la compétitivité économique des États-Unis et à promouvoir l’amélioration du climat d’investissement en Afrique, notamment en soutenant les institutions démocratiques, l’État de droit, y compris les droits de propriété, et en améliorant la transparence, la lutte contre la corruption et la gouvernance ».

Pour en parler, nous avons reçu Julian Pecquet, journaliste et correspondant pour l’Amérique de Jeune Afrique et The Africa Report

Notes de l’émission:

À propos de Julian Pecquet

Julian Pecquet est le correspondant aux Etats-Unis de Jeune Afrique / The Africa Report, couvrant Washington et les Nations Unies. Il lancé et édité le site d’information spécialisé Foreign Lobby Report, consacré à la couverture de l’industrie des lobbys étrangers à Washington, qui représente 500 millions de dollars par an. Entre 2014 et mars 2020, il a été correspondant au Congrès, puis rédacteur en chef pour Washington du site d’information américain Al-Monitor, axé sur le Moyen-Orient.