Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Le Suisse Trafigura prend le contrôle du corridor de Lobito

Le Suisse Trafigura prend le contrôle du corridor de Lobito
Carte des routes empruntées par les compagnies minières en RDC et en Zambie. Projet Afrique Chine Droits réservés

Le consortium mené par le Suisse Trafigura a formellement pris le 4 juillet 2023, le contrôle du corridor de Lobito à la suite du contrat de concession de 30 ans obtenu en juin 2022 en Angola. Ce consortium appelé Lobito Atlantic Railways dans lequel on retrouve le portugais Mota-Engil et le belge vencturis, va injecter 455 millions de dollars dans ce projet de gestion qui  pourrait inclure 100 millions dollars pour l’extension du chemin de fer de Dilolo à kolwezi en RDC, et qui aurait pour conséquence d’étendre le contrat de concession sur 50 ans.

Le ministre angolais des transports Ricardo Viegas d’Abreu a, dans un communiqué, confirmé l’intérêt du gouvernement américain au projet, confirmant l’annonce faite, en mai dernier par la maison blanche qui envisageait d’y injecter jusqu’à 250 millions de dollars dans l’extension du chemin de fer en République démocratique du Congo. 

L’intérêt du gouvernement américain sur projet vise à investir « dans une extension ferroviaire qui pourrait devenir la principale infrastructure de transport à accès libre reliant la République démocratique du Congo (RDC) et la Zambie aux marchés mondiaux via l’Angola ». Un corridor qui pourrait être la première étape dans la stratégie américaine visant à contourner la domination de la Chine sur les minerais essentiels provenant du Congo et de la Zambie. A travers ce corridor, les minerais congolais et zambiens seraient ainsi à courte distance de l’Europe et des États-Unis. 

Ainsi, plusieurs experts anticipent qu’à sa mise en service, le corridor de Lobito pourrait à terme réduire l’affluence sur le port de Durban en Afrique du Sud, de plus en plus critiqué pour ses perturbations qui ralentissent notamment les exportations des minerais congolais et zambiens.

Mais pourrait-il menacer les autres corridors et les ports de Beira et Dar-es-Salaam sur la côte-est ? Pas certain et deux facteurs devraient être considérés : 

  • Destination chinoise : Tant que la Chine demeure la principale destination pour la transformation et le raffinage des minerais congolais et zambiens, les ports sur l’océan indiens offrent l’avantage des délais plus courts entre l’Afrique et la Chine. Cependant le chemin de fer de Benguela offrirait l’avantage d’un accès plus rapide à l’océan Atlantique, quitte à contourner le cap en Afrique pour revenir sur l’océan Indien. À court et moyen terme, ce corridor pourrait s’avérer être une solution de rechange pour les entreprises minières chinoises basées en RDC et en Zambie. 
  • Rentabilité : Avec une faible capacité de transformation minière, l’Europe et les Usa pourraient ne pas être la destination idéale pour les miniers du Copperbelt et ce malgré leur présence dans le projet Lobito Atlantic Railways. À moins que la RDC et la Zambie s’engagent dans une transformation locale de leurs minerais en produits finis, pour justifier des exportations directement sur le marché occidental, une faible fréquentation du corridor par les miniers pourrait impacter sa rentabilité. 

POURQUOI C’EST IMPORTANT: A moyen et long terme, la pertinence de ce projet pour les américains et européens dépendra intimement de la motivation des entreprises minières à exporter vers l’Europe et les Usa. Et à moins d’investir lourdement dans la transformation locale en Zambie et en RDC, en concrétisant notamment le protocole d’accord tripartie, ces pays continueront à produire des minerais qui auront besoin d’être transformés en Chine.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.