Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Du bois illégal de Guinée Equatorial aux Etats-Unis en passant par la Chine

Bois illégal Guinée Equatorial Etats-Unis Chine
JIM WATSON / AFP

Entre 2017 et 2022, au moins 1,2 million de portes en bois, vendues aux Etats-Unis par les magasins Home Depot et Jeld Wen, auraient une très forte probabilité de contenir du bois d’okoumé illégalement récolté en Guinée équatoriale, selon un rapport publié par l’Environmental Investigative Agency (EIA). Ces portes sont disponibles dans les magasins Home Depot depuis avril 2023.

Ce bois serait issu d’exploitations illégales menées dans les forêts de Guinée équatoriale en complicité des hautes autorités guinéennes dont le vice-président du pays et fils du président, Teodorin Nguema Obiang. Les grumes de bois sont ensuite acheminées vers la Chine où elles sont transformées en placages et finalement exportées vers le marché international.

La Guinée Equatorial exporte l’okoumé en Chine malgré une interdiction en vigueur dans le pays depuis 2008. Le rapport affirme : « La Guinée équatoriale a fourni plus de 3,4 millions de tonnes de grumes d’okoumé d’une valeur de près de 750 millions de dollars US entre 2014 et 2021, ce qui représente 50 % des grumes d’okoumé importées par la Chine en poids au cours de cette période (la grande majorité des importations restantes provenant de la République du Congo) ».

L’IEA accuse Home Depot et Jeld Wen d’avoir la législation américaine – Lacey Act – en ne faisant pas preuve de diligence raisonnée dans la traçabilité de la chaine d’approvisionnement du bois qu’ils utilisent pour fabriquer les portes qu’ils vendent sur le marché américain.

Le rapport révèle aussi que du côté chinois rien n’est quasiment fait par les autorités pour décourager ce trafic organisé par des entreprises chinoises : « la Chine ne dispose actuellement d’aucune législation de ce type [importation de bois collecté illégalement]. Une fois en Chine, les grumes entrent dans des chaînes d’approvisionnement de transformation et de fabrication de placages si opaques que les entreprises sont souvent incapables de retracer l’origine de leur bois – la concession ou le pays où les arbres ont été récoltés à l’origine – depuisl’importation jusqu’au produit exporté. »

POURQUOI C’EST IMPORTANT: Cette situation révèle la complexité et parfois l’opacité des chaines d’approvisionnements internationales de plusieurs matières premières qui ne permettent pas toujours de garantir leur traçabilité. C’est le deuxième rapport en deux mois qui indexe la participation et/ou la responsabilité d’entreprises chinoises dans l’exploitation illégale de bois en Afrique. En octobre 2023, Global Witness, publiait une enquête sur l’exploitation illégale organisée par des entreprises chinoises en République démocratique du Congo.

Comme le révèlent les cas congolais et guinéens et même ailleurs sur le continent, ces exploitations illégales ne sont rendues possible que grâce à la complicité des autorités politico-militaires qui violent les legislations en vigueur en matière d’exploitation forestière.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.