Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Pollution au mercure dans une exploitation chinoise d’or au Cameroun

Pollution au mercure dans une exploitation chinoise d'or au Cameroun
Une famille au travail sur un site d'extraction d'or dans le nord-est du Cameroun. Le bassin dans lequel ils se trouvent contient à la fois du mercure et du cyanure. Image reproduite avec l'aimable autorisation de CED Communication via Mongabay

Un think-tank environnemental camerounais, Le Centre pour l’environnement et le développement, a enquêté sur l’exploitation aurifère menée par deux entreprises chinoises dans l’est du Cameroun. Leur enquête publiée par Mongabay a revelée que ces deux entreprises étaient responsables d’une pollution au mercure des cours d’eau qui drainent la région.

les deux entreprises, Mencheng Mining and Zinquo Mining, font usage du mercure et du cyanure pour la purification de l’or, qu’ils rejettent ensuite dans la rivière Djiengou.

Ces rejets provenant des bassins de purification polluent l’environnement et impactent les activités agricoles et la pêche dans les villages de la région. Cette rivière qui passe près de plusieurs écoles primaires de la région constitue désormais ainsi un danger pour ces élèves.

Outre ce danger sur l’environnement, les activités minières chinoises attirent les communautés riveraines, spécialement les enfants qui décident d’abandonner l’école pour se lancer dans l’exploitation de l’or et se faire de l’argent rapidement.

Cette situation n’est malheureusement pas propre au Cameroun. Un peu partout sur le continent, plusieurs cas de pollution environnementale, causés par les exploitations aurifères chinoises, sont signalés.

Et comme ailleurs sur le continent, la complicité des autorités politiques et militaires rend la situation ingérable, laissant ainsi des communautés entières abandonnées à leur triste sort.

Plus de détails à lire sur Mongabay (en anglais)