Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

La Chine décline sa responsabilité sur la crise de la dette

La Chine décline sa responsabilité sur la crise de la dette
Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mao Ning, a renouvelé ses critiques à l'égard des États-Unis pour avoir mis en doute le rôle de Pékin dans la crise de la dette zambienne. Image via le ministère chinois des Affaires étrangères.

La porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Mao Ning, a réfuté les récentes allégations de hauts responsables occidentaux selon lesquelles la Chine freinerait la restructuration de la dette de la Zambie. Citant des statistiques récentes du gouvernement zambien, Mao a souligné que le poids de la dette de la Zambie est principalement occidental, avec 24% à des institutions multilatérales (dirigées par des Occidentaux) et 46% à des créanciers privés (principalement occidentaux).

Elle a réagi à une question sur deux allégations récentes, celle de la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, selon laquelle la Chine constitue un « obstacle » à la réforme de la dette, et celle du président de la Banque mondiale, David Malpass, qui a déclaré : « La Chine pose beaucoup de questions dans les comités de créanciers et cela entraîne des retards et étrangle le processus. »

La réponse de Mao révèle l’évolution du message de la Chine sur la question de la dette. Les porte-parole précédents avaient tendance à répliquer à grands traits, par exemple en accusant les responsables occidentaux de creuser un fossé entre la Chine et l’Afrique. Au lieu de cela, M. Mao a utilisé les propres statistiques de la Zambie pour montrer que les prêts chinois pour des projets spécifiques ont des retombées directes sur le développement.

Il est à noter que les économistes zambiens ont également adopté une ligne plus douce sur le rôle de la Chine, contrairement à leurs homologues occidentaux :

  • GÉOPOLITIQUE ENTRE LES ÉTATS-UNIS ET LA CHINE : « Nous devons faire attention à isoler cette situation de la géopolitique. Je pense qu’une partie du narratif autour de l’emprunt de la Zambie auprès de la Chine est en partie alimentée par la « surprise » géopolitique que la Zambie soit passée d’une situation où elle dépendait principalement des économies occidentales à une situation où elle est davantage financée par la Chine » – Carl Mbao, associé directeur chez Frontier Capital Partners à Lusaka.
  • LA ZAMBIE, et NON LA CHINE, qui est à blâmer : « Nous aurions dû mieux investir les fonds dans des secteurs cruciaux tels que dans l’industrie, l’énergie et l’agriculture. « Les gouvernements ont manqué de prévoyance quant à l’utilisation des fonds » – M’khuzo Mwachande, banquier d’affaires chez Pangaea Securities à Lusaka.
  • LE RÔLE CONSTRUCTIF DE LA CHINE : « Tous ceux à qui j’ai parlé ont souligné le caractère constructif de la Chine dans le processus zambien… Tout ce que j’entends, c’est que la Chine essaie de trouver des moyens nouveaux et imaginatifs pour amener tout le monde à un résultat acceptable » – Alastair Newton, cofondateur et directeur d’Alavan Business Advisory à Livingstone.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ? La réponse de Mao montre que la Chine utilise désormais des arguments beaucoup plus sophistiqués pour frapper ses adversaires occidentaux sur la question de la dette. Un langage très similaire apparaît en ce qui concerne le Sri Lanka.

LECTURE RECOMMANDÉE :

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.