Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Il est important pour les médias africains de mieux connaitre la Chine

Il est important pour les médias africains de mieux connaitre la Chine
L'équipe du China-Global South Project. De gauche à droite : Cobus Van Staden, Christian-Geraud Neema, Bongiwe Tutu & Eric Olander

Du 20 au 24 novembre 2023, l’équipe du China Global South Project a participé à une série de conférence organisée par le « Africa China Reporting Project » de l’université de Wits en Afrique du Sud. Dans le cadre du « African Journalist Investigative Conference », j’ai eu l’opportunité d’animer une séance de formation à l’attention des journalistes africains portant sur la nécessité de bien connaitre la Chine afin de couvrir efficacement sa présence et ses activités en Afrique. 

Ça avait été l’occasion pour moi de couvrir quelques aspects de bases concernant la présence chinoise en Afrique et de revenir sur les dangers que les médias et politiques africains encourent à ne pas prendre suffisamment la Chine au sérieux au point de ne pas s’équiper en conséquence afin de tirer le meilleur parti de sa présence en Afrique. 

L’ignorance de la Chine en Afrique est transversale. Elle touche autant les médias qu’elle ne touche les politiques. Dans ces deux cercles, elles concernent l’ignorance du système politique chinois, de ses acteurs, de la politique étrangère de la Chine et de ses lignes rouges (au-delà de Taiwan), de la nouvelle Chine qui change avec Xi Jinping et son nouveau BRI 2.0. 

Dans les milieux politiques, elle se révèle notamment à travers le nombre de mauvais contrats signés avec la Chine ou encore la posture ou l’espoir naïfs de pouvoir obtenir, aujourd’hui, plusieurs milliards de dollars de Pékin pour de gros infrastructures ; cette ignorance, c’est aussi croire que l’Afrique revêt une importance économique pour la Chine alors qu’elle ne représente que moins de 3% des échanges commerciaux de la Chine dans le monde.  Autant d’ignorance qui porte atteinte aux intérêts du continent dans ses relations avec la Chine. Cette ignorance, c’est aussi dans des détails comme ceux du rôle et de la position des acteurs chinois dans l’appareil politique.  

 Dans les médias, très peu de salle de rédaction du continent sont équipées d’une expertise chinoise aguerrie et avérée. La séance de formation a permis de mesurer combien les salles de rédaction du continent ne sont pas toujours fournis en experts sur les questions chinoises. Très peu si pas aucun d’entre eux, malgré l’importance de la Chine dans leurs économies respectives, couvrent régulièrement l’actualité chinoise dans leurs pays respectifs. 

Conséquences, on se retrouve avec des médias incapables de jouer effectivement leur rôle de quatrième pouvoir face aux institutions politiques de leurs pays. Pas assez informés sur la Chine, ils sont incapables de contester et contre-vérifier le narratif officiel sur les relations chine-Afrique de leurs pays. Finalement, ils se trouvent dans l’incapacité d’exiger la redevabilité nécessaire des acteurs publiques et politiques dans leurs interactions avec la Chine. 

Et dans leurs relations avec les médias étrangers, occidentaux et chinois, ils finissent par devenir des relayeurs d’une propagande sino-occidentale qui s’inscrit dans la lutte géopolitique que chinois et occidentaux se mènent sur le continent. 

Pour les dirigeants politiques et les journalistes africains, la connaissance de la Chine n’est pas une option, c’est une nécessité s’ils veulent tirer le meilleur parti de la présence chinoise en Afrique.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.