Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Les Etats-Unis veulent plus de commerce avec l’Afrique pour contrer la Chine

Les Etats-Unis veulent plus de commerce avec l'Afrique pour contrer la Chine
Source : US Census Bureau : US Census Bureau, PRC General Administration of Customs, China-Africa Research Initiative, India Ministry of Commerce, IMF Direction of Trade Statistics - Note : les données relatives à l'Inde correspondent à l'année financière (et non à l'année civile).

Dans un coin perdu de la version du Sénat américain de l’énorme budget de 875 milliards de dollars proposé pour le département de la défense des États-Unis se trouve un petit texte de loi qui vise à stimuler les exportations américaines vers l’Afrique.

Ce texte, intitulé « Increasing American Jobs through Greater Exports to Africa Act » (loi sur l’augmentation des emplois américains grâce à l’accroissement des exportations vers l’Afrique), est également axé sur l’Amérique latine et les Caraïbes. Elle vise ostensiblement à stimuler les ventes de produits américains sur les marchés de ces deux régions, où la Chine est désormais le principal partenaire commercial.

Mais le fait qu’une initiative commerciale soit incluse dans un projet de loi de finances pour l’armée américaine est assez révélateur. Il témoigne de l’état d’esprit qui règne actuellement à Washington, où chaque aspect de la concurrence avec la Chine s’inscrit dans un contexte de sécurité nationale :

  • SÉNATRICE JEANNE SHAHEEN (D) : « L’Afrique, l’Amérique latine et les Caraïbes sont des partenaires commerciaux importants pour les États-Unis, non seulement pour faire avancer des relations mutuellement stratégiques, mais aussi pour s’assurer que nous restons compétitifs sur des marchés en croissance face à des adversaires mondiaux comme la République populaire de Chine. Nous avons besoin d’une approche globale pour consolider le leadership économique des États-Unis et garantir une alternative aux pratiques commerciales abusives de la République populaire de Chine pour nos partenaires à l’étranger.« 
  • JOHN BOOZMAN (R) : « Notre sécurité nationale ne peut que bénéficier de la promotion d’une stratégie commerciale efficace avec les pays d’Afrique et d’Amérique latine, en particulier à une époque où la Chine ne ménage aucun effort pour étendre son influence égoïste et saper les partenariats stratégiques des États-Unis. Je me réjouis que notre approche globale visant à contrer ce comportement néfaste et à accroître le flux de produits et d’idéaux américains soit incluse dans la politique de défense de notre pays et j’attends avec impatience de nouveaux progrès sur cette question importante« .
  • DICK DURBIN (D) : « Malgré la forte demande de produits américains, nos concurrents dans le monde, en particulier la Chine, sont occupés à construire des marchés sur le continent africain et avec nos voisins d’Amérique latine et des Caraïbes. Nous ne pouvons pas laisser les États-Unis à la traîne. Une fois adoptée, cette loi aidera les entreprises américaines à créer des emplois dans leur pays et permettra à l’Amérique de continuer à être perçue comme un leader dans les régions du monde qui connaissent une croissance rapide ».

Mais le principal problème pour les sénateurs est que les États-Unis ne vendent pas grand-chose que les pays en développement d’Afrique et d’Amérique ont besoin d’acheter (ou peuvent se permettre d’acheter) en quantités suffisantes pour permettre aux Américains de concurrencer les Chinois.

En réalité, les États-Unis sont une économie de services axée sur la technologie et la finance, tandis que la Chine exporte encore beaucoup de produits manufacturés à bas prix. Il n’est donc pas évident de savoir ce que les États-Unis ont l’intention de vendre à ces pays, en particulier en quantités suffisantes pour rivaliser avec la Chine… Le soja, le riz et les crevettes de Louisiane, comme le propose le sénateur Bill Cassidy, ne suffiront pas.

POURQUOI C’EST IMPORTANT: La proposition de loi et les observations des sénateurs sur la manière dont cette proposition permettra aux États-Unis de mieux concurrencer la Chine mettent en évidence les limites de la réflexion menée actuellement à Washington sur la manière de concurrencer efficacement la Chine dans les Amériques et en Afrique.

  1. La proposition de loi est principalement axée sur les emplois pour les Américains, mais ne parle guère de la satisfaction des besoins des consommateurs sur les marchés extérieurs ou de l’énorme demande en matière de création d’emplois dans l’ensemble des pays du Sud.
  2. La création d' »équipes de négociation » dirigées par le gouvernement américain dans le cadre de l’initiative « Prosper Africa » semble être une bonne idée au Capitole, mais elle s’est révélée jusqu’à présent largement inefficace.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.