Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

L’aviation militaire et les relations Afrique-Chine

relations Chine-Afrique aviation militaire
Image de archive d'un drone d'attaque Wing Loong 2 de fabrication chinoise. Noel Celis / AFP

Par Lukas Fiala

Le souhait du président angolais João Lourenço de voir la Chine construire une base aérienne en Angola met à nouveau en lumière la question de la coopération militaire entre l’Afrique et la Chine. Quels sont les moteurs de la percée chinoise dans l’aviation militaire africaine ?

La première raison, en ce qui concerne l’Angola, renvoie à la question omniprésente des bases à l’étranger. Depuis que la Chine a ouvert sa première base à Djibouti, il y a eu un flux constant d’analyses sur le lieu où Pékin pourrait installer une autre base sur le continent. Les emplacements évidents discutés dans la littérature comprennent généralement les ports financés et construits par la Chine, en particulier sur la côte ouest de l’Afrique dans des pays tels que la Guinée équatoriale.

La construction d’une base aérienne pour un pays étranger ne nécessite pas l’établissement d’une installation militaire chinoise. Toutefois, elle pourrait créer des possibilités de coopération militaire plus étroite, de collecte de renseignements et d’établissement de normes susceptibles d’accroître les capacités chinoises en cas d’opération de plus grande envergure dans la région, telle qu’une évacuation nécessitant un transport aérien important.

Toute utilisation militaire nécessiterait, bien entendu, le consentement du pays hôte. Et c’est loin d’être évident, comme le montre la récente querelle diplomatique entre les États-Unis et le Niger au sujet d’une base pour les drones américains. Pourtant, une piste d’atterrissage située sur un terrain familier et construite selon certaines spécifications est sans aucun doute préférable à l’absence totale de soutien logistique.

Tout cela est bien sûr encore loin du statu quo actuel en Angola, mais il est indispensable d’avoir une vision d’ensemble.

Le deuxième facteur est la volonté de la Chine de devenir un partenaire en matière de sécurité pouvant offrir quelque chose au continent. L’un des arguments de vente de la Chine est de fournir des capacités aériennes à un prix abordable. Bien sûr, la Chine a fait mieux dans certains domaines que dans d’autres. Hormis l’achat par le Nigeria de chasseurs multirôles JF-17, les chasseurs chinois avancés ne sont pas courants dans le ciel africain. Les fournisseurs chinois ont toutefois fourni aux armées africaines des avions d’entraînement et des drones capables de mener des attaques au sol.

Un bon exemple de l’approche chinoise est le centre d’assemblage, de maintenance et de formation de drones que l’entreprise publique de défense chinoise NORINCO a commencé à construire en Ouganda en novembre dernier. Ce centre permettra à terme de renforcer les capacités aériennes ougandaises et de démontrer la volonté de la Chine de transférer des technologies à la base industrielle de défense ougandaise.

Avec des entreprises chinoises telles que NORINCO sanctionnées par les États-Unis et confrontées à des vents contraires sur les marchés asiatiques en raison des tensions politiques en mer de Chine méridionale et ailleurs, l’Afrique apparaît d’emblée comme un continent d’opportunités commerciales et politiques.

Enfin, la politique intérieure africaine est également à l’origine de la coopération dans le domaine de l’aviation militaire. Les forces aériennes jouissent généralement d’un statut lié à leur prestige en tant que branches militaires hautement spécialisées et technologiquement sophistiquées. Comme en Zambie, les entreprises chinoises peuvent utiliser les relations avec les forces aériennes politiquement connectées comme un tremplin pour accéder à d’autres opportunités économiques.

Pour leurs homologues militaires africains, l’accès à des équipements abordables en provenance de Chine peut aider à signaler les prouesses militaires au niveau national et vis-à-vis des rivaux régionaux. La puissance aérienne devient un atout essentiel pour mener des campagnes militaires dans des régions où les infrastructures routières sont insuffisantes.

Le matériel chinois relativement abordable, tel que les drones, peut facilement répondre aux besoins des forces aériennes africaines, avec des exemples allant du Nigeria à l’Éthiopie et à la Libye. Les dangers d’une prolifération incontrôlée n’ayant été que trop visibles ces derniers mois, cette question devrait sans aucun doute rester en tête des agendas de contrôle des armements à l’échelle mondiale.

Lukas Fiala est le chef de projet de China Foresight à LSE IDEAS.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.