Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

L’approche chinoise de la paix dans la Corne de l’Afrique

L'approche chinoise de la paix dans la Corne de l’Afrique
Xue Bing, envoyé spécial de la Chine pour la Corne de l'Afrique, regarde pendant la première conférence de paix de la Corne de l'Afrique à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 20 juin 2022. Amanuel Sileshi / AFP

Xue Bing, l’envoyé spécial de la Chine pour la Corne de l’Afrique, est de retour dans la région, faisant le tour de plusieurs capitales pour rencontrer des responsables de haut niveau. Vendredi, Xue a entamé sa dernière tournée en Érythrée, où il a rencontré le président Isaias Afwerki. Puis, dimanche, l’envoyé chinois s’est rendu à Djibouti pour s’entretenir avec le ministre des affaires étrangères Mahmoud Ali Youssouf.

Comme à l’accoutumée, le ministère chinois des affaires étrangères n’a pas publié l’itinéraire de M. Xue, de sorte que l’on ne sait pas exactement quels pays il visitera au cours de cette tournée.

Ce qui ressort, cependant, c’est que l’approche de la Chine pour favoriser la paix et la stabilité dans cette région de plus en plus instable de la Corne de l’Afrique, ne ressemblera pas du tout aux efforts précédents parrainés par l’Union africaine, les gouvernements occidentaux ou les Nations unies.

M. Xue semble se tenir intentionnellement à l’écart des questions les plus controversées qui menacent de déstabiliser l’ensemble de la région. Par exemple, rien n’indique dans les comptes rendus que Xue ait abordé la question de la récente mobilisation des forces armées érythréennes en réponse à la reprise des combats dans le nord de l’Éthiopie lors de ses entretiens avec le président Isaias.

Xue n’a pas non plus laissé entendre qu’il souhaitait intervenir dans l’escalade du conflit entre l’Éthiopie et les forces tigréennes. En juin, lorsqu’il a convoqué sa première conférence dans la corne, Xue a également soigneusement évité toute référence à la dispute entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie concernant la construction controversée par Addis-Abeba d’un barrage hydroélectrique de 5 milliards de dollars sur le Nil.

Il convient également de noter que M. Xue n’a annoncé aucune aide alimentaire ou financière supplémentaire, pourtant indispensable pour lutter contre la famine qui menace actuellement au moins 40 millions de personnes dans la région, selon les Nations unies.

Ce point, en particulier, est maintenant au centre d’une querelle qui s’intensifie avec les États-Unis après que l’administrateur de l’USAID, Samatha Power, ait réprimandé Pékin pour son apparente avarice. « Jusqu’à présent, en 2022, [la Chine] a contribué à hauteur de 3 millions de dollars au Programme alimentaire mondial, et ce pour une intervention globale. Les États-Unis ont fourni 3,9 milliards de dollars jusqu’à présent pour cette année fiscale », a déclaré Mme Power.

La stratégie de Xue, au contraire, semble être axée sur le long terme, davantage sur le développement économique que sur la résolution immédiate des conflits. Cela explique pourquoi, en Érythrée, la principale conclusion de la réunion de Xue avec le président Isaias était « la coopération au développement dans le cadre des liens économiques régionaux. »

Sans développement économique, selon l’approche chinoise, la paix ne sera pas possible, a déclaré l’ambassadeur d’Éthiopie en Chine, Teshome Toga Chanaka, dans une interview accordée à CGTN ce week-end, apparemment destinée à soutenir la visite de Xue.

A quoi ne faut-il pas attendre de la stratégie chinoise dans la Corne de l’Afrique :

  • MÉDIATION DANS LES CONFLITS : Quelle que soit la gravité de la situation, qu’il s’agisse du différend sur le GERD, guerre civile ou de conflits régionaux, Xue Bing n’interviendra probablement pas comme médiateur. Pourquoi ? Premièrement, Xue lui-même n’a pas suffisamment d’expérience et de connaissances dans la région pour être pris au sérieux par les différentes parties. Deuxièmement, la Chine, de manière plus générale, a peu d’expérience dans ce type de médiation de conflit, en particulier en dehors de l’Asie. Enfin, le fait d’être impliqué dans ce type de conflits complique potentiellement la doctrine de non-ingérence de la Chine. 
  • ACTION DÉCISIVE : Ce que nous avons vu jusqu’à présent de la part de Xue est probablement tout ce que nous verrons de cette initiative. Il y aura des réunions, beaucoup de couverture médiatique et peut-être une autre conférence ou deux, mais il n’y aura pas beaucoup d’action décisive de la part des Chinois. Pourquoi pas ? Pour faire quelque chose d’important, il faut prendre position publiquement, ce qui ne correspond pas à l’approche de Pékin. Dans le conflit du Tigré, Pékin n’abandonnera probablement pas ses alliés à Addis-Abeba, ce qui réduit immédiatement la possibilité d’un règlement équitable. Il en va de même pour le conflit du GERD, où Pékin serait réticent à s’aliéner l’une des parties en conflit si elle intervenait.