Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

L’Afrique ne saurait compter sur Janet Yellen pour la question de la dette

L'Afrique ne saurait compter sur Janet Yellen pour la question de la dette
La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, s'exprime lors de sa visite à la Délégation générale à l'entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes, à Dakar, le 20 janvier 2023. SEYLLOU / AFP

La secrétaire d’État américaine au Trésor, Janet Yellen, est en Afrique pour vanter la nouvelle politique africaine de l’administration Biden. Sa visite intervient alors que plusieurs pays africains sont aux prises avec le surendettement et que la Zambie et le Ghana ont officiellement cessé leurs paiements.

La prédominance de la dette comme sujet de discussion est quelque peu gênante, étant donné que ses collègues sont également en train de se battre avec leurs adversaires politiques pour relever le plafond de la dette des États-Unis. La dette nationale des États-Unis s’élève à environ 31 000 milliards de dollars, soit près d’un tiers de la valeur totale de l’économie mondiale. L’ampleur de ce chiffre et le statut de superpuissance des États-Unis rendent presque impossible toute comparaison avec d’autres crises de la dette.

Ce qui est plus comparable, c’est la vitesse d’accumulation de la dette. La dette nationale américaine est six fois plus importante aujourd’hui qu’elle ne l’était en 2000. Si les raisons de cette augmentation sont uniques (plusieurs guerres, deux renflouements majeurs au cours des vingt dernières années), la forte hausse de la dette trouve un écho dans l’ensemble du Sud.

Pour les pays en développement, l’émergence de la Chine en tant que bailleur de fonds majeur est un phénomène important. Entre 2000 et 2021, la part de la dette extérieure publique et garantie par l’État due à la Chine par les pays à revenu faible et moyen inférieur est passée de 1 % à 15 %.

La secrétaire d’État Yellen critique souvent le rôle de la Chine dans le ralentissement des processus de renégociation de la dette. Certaines de ces critiques sont justifiées – les contrats de prêt chinois sont très opaques et la préférence des institutions chinoises pour les approches bilatérales au cas par cas rend plus difficile la coordination entre les créanciers.

Cependant, la secrétaire au Trésor est restée largement silencieuse sur une tendance beaucoup plus frappante. Au cours des deux dernières décennies, la dette des pays à revenu faible ou moyen inférieur envers les prêteurs privés est passée de 10 % à 50 %. Les États africains paient également très cher pour ces prêts, avec un taux d’intérêt moyen de 12 %.

Cette dette s’est avérée beaucoup plus difficile à restructurer. Contrairement aux créanciers bilatéraux comme la Chine, les fonds d’investissement privés qui représentent des milliers de détenteurs d’obligations, n’ont pas à tenir compte de la relation politique permanente avec le pays emprunteur. Le droit fiduciaire aux États-Unis et au Royaume-Uni, où nombre de ces fonds sont cotés, rend également la restructuration désespérément complexe.

Les responsables de l’administration Biden ont leurs propres raisons politiques de surestimer le rôle de la Chine dans la crise de la dette et de sous-estimer celui de l’industrie financière américaine. Quel que soit le degré d’engagement du président Biden et de ses collaborateurs dans la coopération avec l’Afrique, il n’est probablement pas question de se battre avec certains des bailleurs de fonds importants des démocrates (et des républicains).

Ce qui est frappant, c’est la complicité de certains journalistes occidentaux qui entretiennent la fiction selon laquelle le problème de la dette des pays en développement est uniquement dû à la Chine. On peut lire des tas de reportages occidentaux sur la crise croissante de la dette sans jamais obtenir un compte rendu complet de l’importance de la dette commerciale détenue par l’Occident dans la crise actuelle de la dette.

Au lieu de cela, les journalistes font régulièrement des déclarations telles que « La Chine est désormais le plus grand créancier des marchés émergents, ce qui lui donne une influence démesurée dans les négociations en cours sur l’allègement de la dette avec un certain nombre de pays pauvres, dont la Zambie » (c’est Christopher Condon pour Bloomberg, mais il n’est pas le seul).

La Zambie est un cas intéressant. Un mélange complexe de créanciers chinois a en effet ralenti le processus de restructuration de la dette de la Zambie. Cependant, en septembre, plus de 100 économistes de renommée mondiale ont écrit une lettre ouverte pour dénoncer l’absence de progrès dans le dossier de la dette zambienne, dans laquelle ils se concentrent sur la façon dont les sociétés d’investissement privées occidentales comme BlackRock refusent de faire des concessions, simplement motivées par le profit. 45% de la dette de la Zambie est contractée auprès de prêteurs privés occidentaux.

Un appel similaire a été lancé au début du mois par 182 économistes, dont des sommités comme Jayati Ghosh, Thomas Piketty et Yannis Varoufakis, à propos du Sri Lanka. Lors de sa visite en Zambie cette semaine, Mme Yellen a une nouvelle fois désigné la Chine comme « un obstacle » à la renégociation de la dette du pays, sans dire un mot des prêteurs privés occidentaux.

Les prêteurs chinois peuvent faire des efforts considérables pour faciliter les processus de renégociation de la dette, mais même si Pékin annulait purement et simplement tous ses prêts aux pays en développement, cela ne résoudrait pas fondamentalement la crise. Cela s’explique par le rôle massif et croissant des prêts privés occidentaux, mais plus fondamentalement par le fait que ces pays ont si peu accès à des financements concessionnels durables que cela les oblige à revenir à des prêts cotés sur le marché, même s’ils ne sont pas viables. Le droit au développement lui-même est en cause.

Il n’appartient pas à la Secrétaire d’État Yellen de résoudre tous ces problèmes (bien qu’elle soit probablement mieux placée que la plupart des gens sur la planète pour s’attaquer à certains d’entre eux), mais le fait de ne même pas reconnaître leur existence amène à se demander dans quelle mesure les États-Unis sont réellement déterminés à résoudre le problème de la dette. Les 19,37 milliards de dollars de revenus que BlackRock a engrangés à lui seul en 2022 fournissent probablement un indice.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.