Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Pas de compromis entre le Chinois SMB Winning et Rio-Tinto, Simandou à l’arrêt

Simandou à l'arrêt SMB Winning Rio-Tinto

Faute de compromis entre le consortium de l’australien Rio-Tinto et du chinois SMB Winning, Le gouvernement guinéen a de nouveau mis le projet Simandou à l’arrêt. Les deux parties peinent à s’entendre sur les modalités de financement et de gestion des infrastructures ferroviaires et maritimes qui doivent servir à évacuer le fer de Simandou.

Il sied de rappeler que, opposé à l’idée de passer par le port de Buchanan au Libéria, le gouvernement guinéen avait imposé aux opérateurs miniers de Simandou l’obligation de construire le chemin de fer trans-guinéen long de 670 Km qui relie la région est à Conakry à l’ouest où un port doit être construit afin d’évacuer le fer.

Un premier arrêt était intervenu à la mi-mars avant une reprise à la fin du mois à l’annonce par les opérateurs d’un compromis avec le gouvernement pour travailler ensemble sur la construction de ces infrastructures.

Quatre mois après, le compromis peine à se concrétiser, et le gouvernement s’impatiente. À la mi-juin, Mamady Doumbouya, président intérimaire avait donné un ultimatum de quatorze jours aux deux consortiums pour trouver un compromis, faute de quoi il suspendrait à nouveau les travaux sur la mine.

Quelques observations:

  • Difficultés guinéennes : Le gouvernement guinéen semble avoir de sérieuses difficultés à manoeuvrer les enjeux géopolitiques et économiques qui opposent les deux consortiums. Il ne semble pas avoir suffisamment de leviers pour les contraindre à trouver un compromis rapidement selon son calendrier.
  • Un régime de transition : la nature transitoire du régime guinéen n’en fait pas un partenaire définitif et sûr avec lequel des engagements définitifs et coûteux peuvent être pris. Et ceci pourrait bien être un facteur qui explique la résistance des opérateurs du projet à prendre des engagements financiers aussi lourds et qui pourraient être revus ou remis en question au cas où le pouvoir venait à changer.
  • Le calendrier politique de la junte : Depuis son accession au pouvoir en septembre 2021, la junte a fait pression sur les compagnies pour qu’un coup d’accélérateur soit donné à un projet qui 25 ans après l’attribution du permis d’exploitation, peine à se développer. Elle semble avoir un calendrier qu’elle tient à faire respecter. Et ce calendrier pourrait être politique. En effet si les membres de la junte décidaient à se lancer dans une carrière politique après la période de transition, les avancées obtenues au près des opérateurs miniers pourraient bien servir d’arguments politiques. Ceci expliquerait donc la pression qu’elle exerce sur Simandou.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.