Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Washington utilise t-elle la Gécamines pour s’opposer aux intérêts miniers chinois en RDC?

Etats-Unis Gécamines Chinois Norin Mining Chemaf
Le sous-secrétaire Jose W. Fernandez et le président de la Gecamines Guy Robert Lukuma à Washington le 10 mai 2024 Photo: Compte X Jose W. Fernandez

En début de semaine, la société publique congolaise, Gécamines, s’est opposée à la vente des projets miniers de Chemical of Africa (Chemaf) au chinois Norin Mining, filiale de Norinco. Bien que l’opposition de la Gécamines soit légitime – l’un des titres miniers concerné par la vente est la propriété de la Gécamines – il semble que Washington ait fortement encouragé cette décision de la Gécamines.

Décision de la Gécamines s’opposant à la transaction entre Chemaf et Norin Mining

L’information qui provient du Financial Times qui, citant deux sources anonymes, révèle que les Etats-Unis ont encouragé la Gécamines à s’opposer à la transaction de façon à permettre la reprise du projet par des entreprises alliées aux Etats-Unis. Cette initiative de Washington fait partie de sa stratégie de contrer la progression des intérêts miniers chinois en RDC.

Ce n’est pas la première fois que Washington fasse pression sur les autorités congolaises concernant les entreprises chinoises. En 2021, Africa Intelligence révélait comment Washington avait pressé les autorités congolaises à revoir les contrats miniers de la Sicomines et de TFM. Si cette pression avait effectivement conduit à une renégociation de ces contrats, les conclusions n’étaient cependant pas allées dans la direction souhaitée par Washington; les compagnies chinoises ayant su préserver l’essentiel de leurs intérêts.

La semaine passée le Financial Times révélait à comment Washington est intervenu pour faciliter l’acquisition des mines de cuivre et cobalt du Kazakh Eurasian Group (ERG) en RDC par le trader Suisse Mercuria.

La facilitation aurait consisté à lever les sanctions sur le magnat minier israélien Dan Gertler – accusé de corruption par Washington pour ses activités minières en RDC et qui possède des royalties sur les mines de ERG – en échange d’une compensation sur ses royalties afin de permettre au Suisse Mercuria de racheter les dites mines de ERG. Cependant la transaction aurait échoué à cause d’un désagrément autour de la valeur des mines à la suite des prix bas du cobalt.

Ayant certainement réalisé qu’elle ne saurait réellement rivaliser avec Pékin sur les minerais critiques, sans un accès aux mines, Washington semble désormais faire preuve de pragmatisme et de réalisme dans sa stratégie en RDC.

En ce qui concerne Chemaf, elle a annoncé avoir obtenu le feu vert du gouvernement congolais dans sa transaction avec le Chinois Norin. Cependant l’opposition de la Gécamines pourrait cependant mettre en lumière des tensions parmi les autorités congolais sur la posture à prendre vis-à-vis de Washington qui semble avoir trouvé en la Gécamines un allié dans sa stratégie en RDC qui devient clairement un terrai d’affrontement entre intérêts américains et chinois.

Communiqué de Chemaf publié le 1 juillet 2024 répondant à la décision de la Gécamines de s’opposer à la transaction avec Norin MIning

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.