Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Que représentent les assemblées annuelles de la Banque africaine de développement pour le financement chinois de l’énergie en Afrique ?

Par Oyintarelado (Tarela) Moses

Cette semaine, la Banque africaine de développement (BAD) convoque ses assemblées annuelles à Accra, au Ghana, sous le thème « Atteindre la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique ». Alors que les pays de la région subissent les effets du changement climatique, depuis les inondations dans le Kwazulu Natal, en Afrique du Sud, jusqu’aux graves sécheresses dans certaines parties de l’Éthiopie, du Kenya et de la Somalie, la réunion sera l’un des nombreux tests décisifs pour savoir comment les pays africains perçoivent les lacunes en matière de financement de l’adaptation au climat et de l’atténuation de ses effets, ainsi que la façon dont ils prévoient d’organiser des transitions énergétiques justes.

Travailler avec des partenaires externes qui existent déjà au sein de la direction de la BAD est une approche permettant de combler les lacunes du financement climatique dans la région. Les gouverneurs de la BAD représentent 54 pays africains membres régionaux et 27 pays membres non régionaux. Les gouvernements africains détiennent 60 % des droits de vote, le Nigeria, l’Algérie et l’Afrique du Sud étant les principaux actionnaires des membres régionaux. Les membres non régionaux détiennent une part de 40 % ; les États-Unis, le Japon et l’Allemagne sont les principaux actionnaires non régionaux, tandis que la Chine détient 1 % des droits de vote. Compte tenu des liens de longue date entre la Chine et la BAD et de son rôle en tant que source majeure de financement de l’énergie sur le continent (bien que principalement dans le secteur des combustibles fossiles), comment la BAD pourrait-elle travailler avec la Chine pour accroître le financement du climat en Afrique ?

Comme le financement du développement énergétique de la Chine est principalement axé sur la demande par le biais de plusieurs facteurs d’attraction, la demande des pays africains en matière d’énergie renouvelable déterminera l’ampleur du financement chinois pour l’énergie solaire et éolienne dans les années à venir.

La Chine et la BAD ont un partenariat qui remonte à 1985, lorsque la Chine est devenue un membre non régional. En 2014, la BAD et la Banque populaire de Chine, la banque centrale chinoise, ont créé le fonds décennal Africa Growing Together, doté de 2 milliards de dollars. Ce fonds a permis de cofinancer plusieurs projets, dont 50 millions de dollars pour un programme d’électrification rurale dans le cadre du projet d’électrification du Nigeria en 2018 et 20 millions de dollars pour la centrale hydroélectrique de 50 mégawatts de Malagarasi en Tanzanie en 2021. En 2016, la Chine a contribué à hauteur d’environ 97 millions de dollars au Fonds africain de développement, le fonds concessionnel de la BAD. La Banque d’import-export de Chine (CHEXIM), la Banque de développement de Chine (CDB) et la Banque agricole de Chine ont également signé des protocoles d’accord conjoints avec la BAD qui favorisent le cofinancement et la collaboration dans les domaines prioritaires de la BAD.

Depuis 2000, la Chine a contribué au financement de l’énergie dans la région, principalement dans les secteurs des combustibles fossiles. Selon la base de données China Global Energy Finance Database, l’Afrique a été la destination de 20 % du financement de l’énergie par les banques stratégiques chinoises entre 2008 et 2020, soit environ 46 milliards de dollars de prêts signés pour des projets énergétiques liés au charbon, au pétrole, au gaz, à l’hydroélectricité, à la géothermie, au solaire, à l’éolien et à d’autres types de technologies non précisées. Cependant, le financement des projets d’énergie renouvelable était relativement limité. Le CHEXIM a contribué pour 361 millions de dollars et 611 millions de dollars de prêts totaux pour les secteurs solaire et éolien respectivement, alors qu’aucun prêt de la CDB pour ces secteurs n’a été enregistré. Ces financements comprenaient un prêt de 293 millions de dollars signé en 2013 pour le projet Adama Wind Farm II en Éthiopie, un prêt de 136 millions de dollars signé en 2016 pour le projet d’énergie solaire de Garissa au Kenya et un prêt de 70 millions de dollars signé en 2020 pour la centrale solaire photovoltaïque de Mafeteng au Lesotho.

Dans le même temps, la BAD a prêté 1 milliard de dollars à des projets d’énergie solaire, 461 millions de dollars à des projets d’énergie éolienne et 386 millions de dollars à des projets comportant à la fois des composantes solaires et éoliennes à des membres régionaux, ce qui indique un appétit pour le financement des énergies renouvelables plus important que celui que la Chine a été disposée à satisfaire jusqu’ici.

Étant donné que le financement du développement énergétique de la Chine est principalement axé sur la demande par le biais de plusieurs facteurs d’attraction, la demande des pays africains en matière d’énergies renouvelables déterminera l’ampleur de l’augmentation des financements chinois pour l’énergie solaire et éolienne dans les années à venir. Toutefois, des événements récents pourraient freiner la demande : Le pivotement de l’Europe de la Russie vers l’Algérie, l’Égypte, l’Angola, le Sénégal et le Nigeria pour l’accès au pétrole et au gaz ; les contraintes fiscales et d’endettement régionales ; et le plaidoyer pour une transition énergétique juste qui souligne la nécessité de certains combustibles fossiles comme pont vers une énergie plus propre. Parallèlement, l’engagement de la Chine à intensifier son soutien aux énergies propres et les orientations associées à l’écologisation de la BRI pourraient l’aider à surmonter certains des obstacles à l’extension du financement des énergies renouvelables à l’étranger. En ce qui concerne le financement de l’adaptation au changement climatique, la décision de la Chine d’augmenter les investissements dans les projets d’infrastructure résilients au changement climatique pourrait encourager le même type de financement à l’étranger dans les projets de la BRI, mais cela prendra du temps.

Comme ces facteurs  » push and pull  » s’engagent dans un bras de fer avec l’actualité, les réunions de la BAD mettront probablement en évidence la manière dont la Banque prévoit de travailler avec des partenaires extérieurs pour relever les défis climatiques régionaux. Pour la Chine, il existe de nombreuses voies établies à partir desquelles elle peut s’engager à soutenir la résilience climatique et les transitions énergétiques justes en Afrique.

Oyintarelado (Tarela) Moses est analyste de données et gestionnaire de base de données pour l’initiative mondiale en faveur de la Chine au Global Development Policy Center de l’université de Boston.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.