Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Q&R: Que retenir de la tournée de l’envoyé spécial de la Chine dans la Corne de l’Afrique

L'envoyé spécial de la Chine pour la Corne de l'Afrique, Xue Bing, lors d'une conférence de presse à Nairobi. Image via l'ambassade de Chine à Nairobi.

Nommé le 22 fevrier comme Envoyé special de la Chine pour la Corne de l’Afrique, Xue bing a effectué une tournée dans la région qui l’a tour à tour conduit en Ethiopie, Djiboutie, Somalie, Sud-Soudan, Érythrée et le Kenya.

Ayant d’importants intérêts dans la région, La Chine veut jouer le faiseur de paix dans la région. L’organisation d’une conférence de paix, sous son égide, a été annoncée. Le lieu et la date restent encore à determiner, mais le Kenya et l’Ethiopie se sont dores-et-déjà proposés de la recevoir.

Durant son voyage, il n’a pas hésité à adresser quelques critiques vis-à-vis de la politique occidentale dans la région.

« Les médias occidentaux ont tendance à considérer la question de la Corne de l’Afrique sous l’angle de la géopolitique, comme (une compétition entre deux puissances). La Chine ne fait jamais cela. Par le passé, vous pouvez voir ce que nous avons fait ici. La Chine envoie des ingénieurs et des étudiants. Nous n’envoyons pas d’armes. Nous n’imposons pas nos vues aux autres au nom de la démocratie ou des droits de l’homme. Notre véritable objectif est de parvenir à un développement et à une prospérité communs »

Pour comprendre les enjeux autour de ce voyage et saisir l’importance de la région pour la Chine, nous avons échangé avec Cavince Adhere**, Doctorant et chercheur sur les relations Chine-Afrique.

Christian-Geraud Neema : Quelle est la portée de ce voyage et que nous apprend-il sur le rôle actuel et futur de la Chine dans la région ?

Adhere Canvince: La visite de l’envoyé spécial de la Chine, Xue Bing, dans la corne de l’Afrique est emblématique du regain d’intérêt de la Chine pour le renforcement de ses relations avec la région. La Chine a engagé des ressources à long terme dans les pays de la Corne de l’Afrique tels que l’Éthiopie, le Kenya, Djibouti et le Sud-Soudan. Le risque de conflit et d’insécurité dans certains de ces pays menace d’annuler les gains et d’atténuer l’impact des activités chinoises dans la région.

Deuxièmement, l’envoyé spécial expose clairement la conception chinoise des relations internationales, dans laquelle la paix et le développement occupent une place centrale dans sa coopération avec l’Afrique. En soulignant que la Chine n’enverra que des ingénieurs et des étudiants dans les points chauds de l’Afrique, l’ambassadeur Xue Bing oppose clairement la diplomatie chinoise à celle des pays occidentaux.

Troisièmement, la visite indique le désir de la Chine d’être perçue comme un partenaire à long terme et bienveillant pour l’Afrique. Pékin s’efforce de créer des conditions propices à un développement gagnant-gagnant pour la Chine et ses partenaires africains par le biais d’initiatives telles que l’initiative « Belt and Road ».

Christian-Geraud : Quel devrait être le rôle de l’envoyé spécial à l’avenir ?

Adhere Cavince : Premièrement, l’envoyé spécial vient en tant qu’arbitre pour aider à trouver de nouveaux moyens de consolider la paix et la sécurité dans les pays de la région. Pour réussir dans cette entreprise, il doit être considéré et perçu comme impartial et capable de dégager un consensus sur les principaux problèmes de sécurité auxquels la région est actuellement confrontée, tels que le terrorisme, les différends territoriaux et les conflits ethniques et religieux. Même s’il sera certainement difficile de rapprocher les différentes opinions, points de vue et idéologies sur ces questions épineuses, l’accord des dirigeants des pays visités pour une conférence de paix est un bon point de départ.

Deuxièmement, l’envoyé devrait promouvoir activement les accords de coopération stratégique entre la Chine et les pays de la Corne de l’Afrique, qui peuvent stimuler le développement humain en tant que solutions à long terme aux conflits actuels dans la région. La philosophie de la Chine en matière de développement et de transformation des moyens de subsistance en tant que condition préalable à une paix et une sécurité durables est un angle important pour voir comment le développement peut être un outil permettant de faire taire les armes dans la région. On pourrait envisager d’intégrer les programmes de développement dirigés par la Chine, comme l’initiative « Belt and Road », dans les priorités de développement de la région.

Troisièmement, malgré l’énorme population chinoise de 1,3 milliard d’habitants, Pékin a réussi à consolider un écosystème raisonnable de paix et de sécurité sur son territoire. L’envoyé spécial devrait partager les expériences de la Chine en matière d’exploitation de la diversité pour le bien national. Les questions relatives à la gestion des tensions ethniques, au partage équitable des recettes du développement et à l’incroyable exploit consistant à éliminer l’extrême pauvreté dans toutes les régions de la Chine seraient des points d’apprentissage importants pour les pays africains.

Christian-Geraud Neema: En quoi la région est-elle importante pour la Chine dans son engagement en Afrique ?

Adhere Cavince : La corne de l’Afrique est une région stratégique dans l’engagement de la Chine avec le reste du continent à plusieurs égards :

Premièrement, elle constitue une porte d’entrée majeure vers le reste du continent africain. Le Kenya est le point d’atterrissage de la route de la soie maritime dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route ». La région est également un point de convergence majeur pour le transport transcontinental et la connectivité des expéditions. Les ports du Kenya, de l’Érythrée, de la Tanzanie et de Djibouti offrent des points d’entrée et de sortie pour les matières premières et les produits industriels, ancrant ainsi de manière significative le commerce entre la Chine et l’Afrique.

Deuxièmement, la corne de l’Afrique abrite la seule base militaire chinoise à l’étranger, située à Djibouti. L’importance stratégique de la région en matière de sécurité dans les calculs de la Chine est donc évidente. C’est à partir de cette base que la Chine a entrepris des missions d’escorte et des opérations de lutte contre la piraterie au large des eaux somaliennes. Trouver des solutions aux défis du terrorisme et de la piraterie dans la région est un avantage direct pour la Chine dans ses objectifs d’engagement à long terme en Afrique.

Troisièmement, la région possède certaines des économies à la croissance la plus rapide du continent, même dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Les prévisions de croissance du produit intérieur brut pour 2021 établies par le Fonds monétaire international placent de nombreux pays de la région, tels que le Kenya, le Sud-Soudan et le Rwanda, parmi les plus performants d’Afrique. Cela représente un bon marché ainsi que des opportunités de contrats pour les entreprises chinoises.

Quatrièmement, la corne de l’Afrique dispose d’importantes quantités de ressources naturelles, notamment du pétrole au Sud-Soudan et des minéraux de terres rares dans des pays comme le Burundi et le Kenya. La Chine dispose ainsi d’une autre source d’approvisionnement en matières premières.

**Cavince Adhere est Doctorant en relations internationales à l’Université normale de Chine centrale, Wuhan, Chine et ses recherches portent sur les relations Chine-Afrique et leurs implications dans la transformation socio-économique de l’Afrique.

LECTURE RECOMMANDÉE

Ministère Chinois des Affaires Étrangères : L’envoyé spécial du ministère des Affaires étrangères pour les affaires de la Corne de l’Afrique, Xue Bing, se rend au Kenya (en Anglais)

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.