Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Minerais critiques : Le long chemin à parcourir vers une chaine d’approvisionnement occidentale

Minerais critiques occidentaux Chine chaine approvisionnement
Un mineur congolais tient un morceau de minerai de cobalt. Image : Junior Kannah / AFP

Aujourd’hui, il est difficile de questionner la volonté politique de Bruxelles ou de Washington de se démarquer d’une chaîne d’approvisionnement en métaux critiques dominée par la Chine. Il suffit d’examiner les initiatives qu’ils ont lancées au cours des deux dernières années pour se convaincre de leur détermination.

De la Minerals Security Partnership (MSP) des Etats-Unis au Critical Raw Material policy de l’UE, américains et européens ont mis en place toute une série d’initiatives visant à résoudre les défis politiques et économiques susceptibles d’entraver la réalisation de leurs objectifs. Mais cependant, le chemin à parcourir semble encore assez long.

Entre les contraintes et les pressions sur le marché international, dues notamment à la position dominante que la Chine y exerce, la proximité politique et économique qu’elle entretient avec plusieurs pays producteurs et la réputation peu recommandable que certains de ces minerais et des pays producteurs ont acquis au fil des années, américains et européens devront surmonter plusieurs obstacles afin de parvenir à leurs fins.

Fluctuations des prix sur le marché international

L’instabilité des prix révèle une des vulnérabilités des occidentaux qui, privés d’entreprise minières d’État, s’appuient sur la collaboration des entreprises privées qui sont, elles sensibles aux fluctuations sur le marché ; Alors que la Chine et ses entreprises d’État et privées ne sont pas toujours soumises aux mêmes contraintes ou en sont protégées. 

Ainsi la récente baisse des prix du cobalt a eu pour impact d’accroitre les coûts d’entrée pour les nouveaux acteurs sur le marché. Plusieurs entreprises privées occidentales peinent à lever des fonds pour lancer de nouvelles mines et raffineries des minerais critiques aux États-Unis et ailleurs en Europe. 

C’est le cas notamment des australiens Jervois Global ltd et Wyloo Metals qui ont dû respectivement, mettre en veilleuse le lancement d’une mine de cobalt aux USA, et fermer une mine de Nickel en Australie. 

« Mais les producteurs locaux [américains] sont encore sous le choc de la chute des prix. La seule grande mine de cobalt aux États-Unis est mise en veilleuse depuis près d’un an. »

[Bloomberg]

En 2023, profitant de l’effondrement du prix du cobalt et sa position dominante, la Chine a renforcé sa position sur le marché en modifiant la tarification du cobalt – les raffineries chinoises ont imposé une tarification en fonction du sulfate de cobalt au lieu du cobalt métal comme de coutume – et en augmentant, en collaboration avec les compagnies minières, ses stocks de cobalt – 270 millions de dollars de cobalt ont été stockés par la réserve d’État chinoise l’année dernière. 

Source Bloomberg

Ceci expliquerait pourquoi tout au long de l’année 2023, le chinois China Molybdenunm (CMOC), premier producteur mondial de cobalt et opérateur de la mine de TFM en RDC, a continué à accroitre sa production de cobalt dans un contexte de baisse des prix sur le marché international. 

Des raffineries de cobalt aux Etats-Unis et en Europe

Alors que des milliards de dollars sont investis et des réformes sont mises en places pour encourager l’investissement dans les raffineries de cobalt en Amérique du nord, les investisseurs privés américains éprouvent des difficultés à mobiliser les fonds nécessaires pour y parvenir. 

Plusieurs entreprises travaillent à la construction d’usines de raffinage de minerais critiques en Amérique du Nord, mais l’extrême volatilité du marché a rendu difficile la mobilisation de fonds.»

[Bloomberg]

Ces raffineries aux USA supposées raffiner le cobalt en provenance des pays comme la RDC, constitueraient aussi la motivation pour les miniers présents en RDC et en Zambie d’exporter leurs productions par le corridor de Lobito, sur la côte atlantique au lieu de la côte orientale en direction de la Chine. 

Cependant, les bas prix du cobalt pourraient bien retarder la mise en service de ces raffineries et rendre le corridor de Lobito moins attractif pour les miniers dans la région. 

La réputation du cobalt

Après avoir encouragé et entretenu le narratif du « cobalt de sang » exploité en RDC, comment faire marche arrière et expliquer à l’opinion publique pourquoi les entreprises américaines peuvent désormais investir dans un pays risqué et gangrené par la corruption comme la RDC. Le risque lié à la réputation de la RDC est réel, d’énormes efforts devront être consentis et déployés pour limiter les risques pour les investissements américains dans le pays.

LECTURE RECOMMANDÉE:

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.