Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Les dommages du Sud vont coûter cher au Nord

Les dommages du Sud vont coûter cher au Nord
SHARM EL SHEIKH, EGYPT, AHMAD GHARABLI / AFP

L’ordre international repose sur certaines prémisses. L’une d’entre elles est que, même si le système mondial est rarement équitable, il est dans un processus constant de réforme, que son courbe de progression va dans le sens du développement, des droits de l’homme et de l’équité. C’est la logique sous-jacente qui permet à la fois aux États-Unis de se présenter comme un organisme normatif et un promoteur de la démocratie, plutôt que comme un dur hégémon, et à la Chine de rallier le Sud au développement/à la réforme globale/à l’IRB – tout ce qui n’est pas un simple « nous sommes riches et vous ne l’êtes pas, alors fermez-la ». 

Les États-Unis se sont engagés à verser la somme dérisoire de 24 millions de dollars pour les pertes et dommages subis par l’Afrique, et la Chine et l’Inde ne paieront pas du tout. Il faut savoir que le changement climatique a déjà privé 55 pays pauvres d’un montant estimé à 525 milliards de dollars sur 20 ans. Le refus de prendre ces revendications au sérieux découle de cette hégémonie de la main nue, généralement occultée. Comme Eric l’a affirmé, les coûts politiques domestiques des pays riches l’emportent sur la responsabilité internationale. C’est l’essence même de l’hégémonie mondiale, et les réactions de ces pays riches aux demandes de compensation des pertes et dommages les révèlent au grand jour.  

Mais ce n’est que le début de l’histoire. Car le mystère qui se cache derrière des discours creux comme « l’ordre international basé sur des normes » et les nombreuses  » interconnexions  » prêchées par Pékin est que ces économies riches sont redevables au Sud pour une grande partie de ce qu’elles possèdent et produisent. 

Les Africains ont l’habitude de penser à leur propre continent en ces termes crus – l’endroit qui est pillé pour créer de la richesse ailleurs. Cela fait partie d’une logique planétaire : les matières utilisées pour fabriquer les produits qui enrichissent le Nord viennent de quelque part, souvent du Sud. Et une proportion croissante des produits finis est revendue au Sud, souvent par l’intermédiaire d’autres régions du Sud, avec des bénéfices qui remontent vers le Nord.

Mais ce qui est encore plus important, c’est que chaque aspect du leadership mondial du Nord dépend d’une manière ou d’une autre de l’adhésion du Sud : la sécurité des opérations de leurs multinationales, l’utilisation de leur monnaie, la sécurité de leur transport maritime international, les normes mêmes qu’ils pensent pouvoir établir. 

Le refus de répondre sérieusement à l’appel très raisonnable du Sud en faveur de la compensation des pertes et des dommages a un impact plus large : il affaiblit l’hégémonie primaire qui sous-tend à la fois l’ordre international dirigé par l’Occident, et les ordres alternatifs actuellement envisagés à Pékin. Elle tue la logique selon laquelle, à long terme, l’ordre international s’oriente vers la justice, ou pourrait le faire. Cette idée a toujours été bancale, mais absolument cruciale en tant que mécanisme d’organisation pour que le Sud continue à adhérer aux divers systèmes par lesquels le pouvoir mondial est diffusé. 

Je ne prédis pas une quelconque révolution. Il n’y a pas de vague de justice climatique dirigée par le Sud. Ce qui est en train d’arriver, c’est un grain de sable dans les engrenages du Nord. Lorsque le Sud commencera à souffrir de plus en plus des perturbations climatiques, la première chose à disparaître sera la sécurité dont une myriade d’acteurs du Nord (y compris la Chine) dépendent pour faire des affaires. Il y aura beaucoup plus de conflits régionaux, beaucoup plus de migrations chaotiques, beaucoup plus d’enlèvements de personnel étranger, beaucoup plus de défauts de paiement de la dette, beaucoup plus de piraterie. Beaucoup plus de chaos. Des petits incendies partout. 

La Chine, les États-Unis, l’Europe, le Japon et leurs semblables se considèrent comme des puissances mondiales, et le fait qu’ils ne daignent tout simplement pas répondre à la demande du Sud est une démonstration de cette puissance. Mais le revers de la médaille, c’est que leur pouvoir est fondé sur la connectivité mondiale et sur un système qui permet le transfert en douceur des richesses du Sud vers le Nord. 

Ce système est sur le point d’être attaqué. Pas une grande attaque – rien de spectaculaire (ou de gérable). Juste des millions de petites interruptions. Douanes, aéroports, entrepôts, frontières, transport maritime. L’exploitation minière, le transport routier, l’agriculture. Fils, câbles et clôtures. Si l’économie du Nord est un arbre portant des pommes d’or, ce sont ses racines qui sont vulnérables dans le Sud. Alors que les populations du Sud font face à un avenir qui se dérobe, il faut bien que quelque chose change. 

Parce qu’en fin de compte, une grande partie du pouvoir réel des puissances mondiales est discursive. Il passe par la diplomatie, les normes et les traités. Ce visage public du pouvoir en cache un autre, plus réaliste, plus privé : Les puissances mondiales sont de petits îlots de richesse dans un océan de besoin. Ce ne sont pas des leaders, ce sont des cibles ambulantes.

Le plus drôle dans toute cette débâcle, c’est que si le Nord, la Chine et l’Inde avaient trouvé un moyen de répondre à l’appel (encore une fois très raisonnable) du Sud en matière de dommages et intérêts, ils auraient pu tourner la situation d’une manière qui aurait profité à leurs propres industries financières et d’énergies renouvelables et gagner de l’argent dans le processus. Grâce à leur emprise sur le système mondial, ils auraient pu transformer les pertes et les dommages en une véritable aubaine. Au lieu de cela, le coût final auquel ils devront faire face sera beaucoup plus élevé et se répercutera sur l’ensemble de leurs économies. 

Les dirigeants de Washington, Bruxelles et Pékin n’ont aucune idée de l’ampleur des dégâts que le Sud peut causer.

Accrochez-vous, le spectacle ne fait que commencer. 

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.