Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

En matière de formation aux TIC, l’Afrique ne partage pas les craintes occidentales sur Huawei

DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Alors que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine se transforment en une lutte pour la suprématie technologique, les entreprises technologiques chinoises sont devenues des cibles. De nombreuses entreprises chinoises ont été confrontées à une interdiction soudaine d’acheter des composants technologiques haut de gamme fabriqués aux États-Unis. Cette pression amène ces entreprises à repenser leurs stratégies mondiales.

Huawei, le plus grand fabricant de matériel de télécommunications au monde, s’est retrouvé dans le coeur des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, malgré sa part de marché limitée aux États-Unis. Andy Purdy, responsable de la sécurité chez Huawei Technologies USA, a partagé dans une récente interview podcast de Bloomberg Businessweek que les revenus mondiaux de Huawei pour 2021 étaient en baisse de 28%. En tant qu’entreprise leader dans la 5G et les appareils mobiles 5G, Huawei est ouverte à la collaboration avec les gouvernements et les entreprises du monde entier, malgré l’interdiction continue aux États-Unis. En fait, cette pression continue ne laisse guère d’autres options à l’entreprise que de rechercher une coopération internationale : « Je ne pense certainement pas que nous serons de nouveau les bienvenus aux États-Unis de sitôt », a déclaré M. Purdy.

Huawei sait qu’il existe de nombreux pays dans le monde en dehors des États-Unis. En fait, je pense que l’accent mis par Huawei sur la recherche et le développement (R&D) ainsi que son expansion constante sur les marchés étrangers découlent d’une sorte de mode de survie qui fait partie de sa culture d’entreprise depuis sa création en 1987. Comme me l’a dit Guo Ping, l’un des membres fondateurs de Huawei depuis 1988, et aujourd’hui son président du conseil de surveillance de Huawei (华为公司监事会主席) lors d’un entretien en personne avec mon équipe de recherche en 2019, Huawei a très tôt reconnu l’importance de l’innovation autonome. En 1989, son fournisseur de PBX (central téléphonique privé) de Hong Kong a soudainement cessé leur approvisionnement en composants analogiques, laissant Huawei sans produits à vendre. Huawei a compris que pour rester compétitive, elle devait développer et vendre ses propres produits.

L’une des stratégies essentielles pour conserver un leadership avancé et de premier plan en matière de R&D consiste à cultiver des talents en TIC qui comprennent les produits Huawei. Lors d’une récente discussion avec le projet Chine-Global Sud intitulée « Lessons For South Africa From China’s Tech Hub in Shenzhen« , j’ai évoqué trois leçons essentielles que le gouvernement sud-africain pourrait tirer de l’innovation technologique de Shenzhen. La première consiste à investir dans l’enseignement professionnel en mettant l’accent sur la formation technique. Dans le cadre de mes recherches sur Huawei, j’ai interrogé plusieurs parties prenantes du Shenzhen Polytechnic College (深圳职业技术学院), un établissement d’enseignement professionnel phare fondé en 1993 par le gouvernement de la ville de Shenzhen pour former une main-d’œuvre qualifiée à intégrer dans l’économie locale. Les étudiants acquièrent des compétences pratiques, obtiennent des certificats industriels et travaillent dans des entreprises locales après avoir obtenu leur diplôme. Les entreprises de Shenzhen sont les principaux bénéficiaires des diplômés qualifiés de l’école polytechnique et elles investissent activement dans des collaborations avec l’école. Huawei est l’une de ces entreprises. Selon le doyen de l’école d’ingénierie de l’électronique et de la communication, en 2011, Huawei a coopéré avec l’école polytechnique de Shenzhen pour fonder sa première Huawei Information and Network Academy. En 2014, les certificats TIC de Huawei ont été introduits pour la première fois. Ils étaient fondés sur la vision stratégique et le développement de l’entreprise, ainsi que sur son intégration verticale et horizontale dans le secteur des TIC.

À l’instar de ce programme national de formation des talents, le programme de formation aux TIC « Seeds for the Future » de Huawei, lancé en 2008, est un programme d’entreprise mondial qui vise à développer les talents techniques dans d’autres pays, à promouvoir le transfert de connaissances technologiques et à encourager les pays à participer à la création de communautés numériques. Grâce à ces programmes, Huawei développe les connaissances et les compétences en matière de TIC des jeunes locaux, ce qui la rend attrayante pour de nombreux gouvernements africains qui cherchent à développer leur économie numérique. Par exemple, le gouvernement sud-africain a inclus plusieurs initiatives de développement des talents locaux, dont Seeds for the Future, dans son plan directeur national pour l’économie numérique. Le président de l’île Maurice, Prithvirajsing Roopun, a déclaré que le projet de Huawei contribuerait à la création d’un écosystème national de talents dans le domaine des TIC, à l’amélioration des capacités d’emploi des jeunes et au soutien de son plan stratégique national Digital Mauritius 2030. Plus récemment, selon le média d’État chinois People.cn, le 25 avril 2022, le Nigeria a signé avec le gouvernement nigérian un protocole d’entente de trois ans sur la coopération en matière de développement des talents en TIC. Selon le plan, Huawei fournira une formation en TIC à 30 000 Nigérians par le biais de 4 projets TIC fondamentaux, y compris la création de plus de 300 académies TIC Huawei dans tout le pays.

L’intérêt des gouvernements africains pour le programme de formation aux TIC de Huawei est étroitement lié à l’économie du mobile en Afrique subsaharienne. L’Afrique subsaharienne est actuellement le marché des TIC qui connaît la plus forte croissance au monde, et de nombreuses économies numériques africaines se développent rapidement. Les pays africains doivent se développer et innover grâce à une aide extérieure appropriée en matière de transfert de connaissances et de formation technique. Les programmes de formation aux TIC de Huawei semblent combler le vide et répondre à cette demande. Huawei a été bien accueillie dans de nombreux pays africains, malgré les inquiétudes largement relayées par les gouvernements occidentaux en matière de confidentialité et de sécurité. Pourquoi ? La réponse semble simple : Huawei sait que les gouvernements africains ont besoin de développer la main-d’œuvre technique et Huawei peut fournir une formation aux TIC, sur la base de ses propres expériences récentes de développement à Shenzhen. Il est peu probable que les préoccupations occidentales concernant la technologie chinoise changent cette réalité fondamentale.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.