Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

Un chercheur chinois identifie trois piliers de concurrence entre les grandes puissances en Afrique

C’est un phénomène relativement récent pour la Chine d’encadrer ses relations en Afrique dans le contexte plus large de la concurrence entre grandes puissances avec les États-Unis et l’Union européenne. Avant l’administration Trump, lorsque les liens entre les États-Unis et la Chine ont commencé à se détériorer plus rapidement, l’Afrique n’était pas un point focal majeur de la concurrence sino-américaine.

Ce qui n’est absolument pas le cas aujourd’hui. Une indication que les parties prenantes chinoises considèrent de plus en plus l’Afrique comme un théâtre régional de concurrence avec les États-Unis et l’Europe est une augmentation notable de la quantité d’écrits académiques sur le sujet dans les universités et les groupes de réflexion à travers le pays.

Cela est particulièrement évident sur les pages WeChat académiques telles que le Groupe de recherche sur l’Afrique (非洲研究小组.) Il présente des essais et des documents universitaires, qui fournissent de précieuses informations sur le discours chinois sur ces questions, souvent absentes de la propagande qui est publiée dans les médias chinois anglophones.

Zhang Chun 张春, chercheur au Centre d’études africaines de l’Université du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine (qui, soit dit en passant, possède l’un des programmes d’études africaines les plus anciens et les plus réputés de Chine) a publié cette semaine un nouvel article sur le compte WeChat du Groupe de recherche sur l’Afrique, qui explore les nouveaux défis auxquels l’Afrique sera confrontée dans les mois à venir, provoqués par le COVID-19 et, de plus en plus, par la rivalité naissante entre la Chine et les États-Unis et l’Europe.

Principaux points de l’article de Zhang Chun sur la concurrence entre grandes puissances en Afrique :

LES ETATS-UNIS, L’EUROPE ET LA CHINE ONT TOUS DES STRATEGIES DIFFERENTES POUR L’AFRIQUE : « En raison de leurs capacités limitées, les stratégies des États-Unis et de la France en Afrique sont davantage axées sur l’idéologie [les intervenants chinois utilisent le mot « idéologie » pour désigner l’accent mis par les États-Unis et l’UE sur la gouvernance et la démocratie]. Les États-Unis ont essayé de s’engager dans une compétition stratégique en Afrique, mais comme ils n’allouent pas de ressources à cet effort, ils sont obligés de dépenser de petites sommes et d’essayer de faire de grandes choses.

« En raison du Brexit et du COVID, le Royaume-Uni s’est orienté vers une politique africaine plus pragmatique, axée sur des initiatives telles que le sommet d’investissement Royaume-Uni-Afrique. » [En général, les parties prenantes chinoises ont tendance à être moins conflictuelles à propos de la nouvelle approche de Londres à l’égard de l’Afrique, qui ressemble davantage aux politiques de la Chine axées sur le commerce].
LE DÉVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES SERA LE NOUVEAU POINT FOCAL DE LA CONCURRENCE DES GRANDES PUISSANCES : « Sous l’impulsion de l’initiative chinoise « Belt and Road », d’autres pays sont entrés sur le terrain du développement des infrastructures en Afrique. Les États-Unis, en particulier, avec leur stratégie Build Back Better World (B3W), visent à aider les pays en développement en mettant l’accent sur le développement d’infrastructures qui intègrent le changement climatique, la santé et le numérique. B3W est clairement positionné pour être une alternative à la BRI. »
L’ASSISTANCE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ EST LE PROCHAIN FRONT DE LA COMPÉTITION DES GRANDES PUISSANCES EN AFRIQUE : « Dans le contexte de l’engagement plus large de la Chine en Afrique, l’Afrique demande à la Chine de participer davantage aux affaires de paix et de sécurité… L’assistance de la Chine en matière de sécurité en Afrique a attiré beaucoup d’attention de la part de l’Occident, en grande partie parce que les États-Unis, la France et l’UE ont fourni une aide en matière de sécurité à l’Afrique pendant longtemps, mais sans grand effet, car « plus d’aide crée plus de chaos » (越援越乱).

« Par conséquent, avec le développement de l’aide à la sécurité aux caractéristiques chinoises, il est probable maintenant que la concurrence dans ce domaine devienne un nouveau point chaud entre les grandes puissances étrangères en Afrique.”

Lisez l’article complet de Zhang Chun 张春, chercheur au Centre d’études africaines de l’Université du Yunnan sur la page WeChat du Groupe de recherche sur l’Afrique (en chinois).

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.