Abonnez-vous à notre bulletin d'information bi-hebdomadaire gratuit sur la Chine-Afrique.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez PAC sur les réseaux sociaux

Ecouter le Podcast PAC

La Chine apportera-t-elle la stabilité à la Corne de l’Afrique ?

L'envoyé spécial de la Chine pour la Corne de l'Afrique, Xue Bing, lors d'une conférence de presse à Nairobi. Image via l'ambassade de Chine à Nairobi.

Lukas Fiala

Au début de la semaine prochaine (Nldr :cette semaine) l’Éthiopie accueillera une conférence de paix sur la Corne de l’Afrique parrainée par la Chine – la première du genre. Cet événement, qui se déroulera au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, financé par la Chine, sera l’occasion pour Pékin de mettre en avant la capacité de la Chine à proposer des solutions à des crises.

Le sommet fait suite à la nomination de l’envoyé spécial de la Chine pour la Corne de l’Afrique, Xue Bing, en février. Depuis lors, M. Xue a présenté et promu l' »Initiative chinoise de développement pacifique dans la Corne de l’Afrique », qui s’ajoute à l’action diplomatique de la Chine, comme en témoignent les visites de haut niveau effectuées cette semaine par les diplomates en chef de la Chine pour l’Afrique et le Moyen-Orient – Wu Peng et Wang Di – en Algérie, en Afrique du Sud, au Malawi, en Tanzanie, au Sénégal, au Burkina Faso et au Togo.

La conférence de paix correspond évidemment au désir de la Chine de protéger les citoyens et les biens chinois dans la région, objectifs qui ont été parmi les principaux moteurs de l’engagement progressif de la Chine pour la paix et la sécurité en Afrique. Cet engagement s’est manifesté par l’appétit croissant de Pékin pour la diplomatie de crise, les contributions financières et en personnel aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, ainsi que le renforcement des capacités bilatérales dans des domaines tels que l’application de la loi et la formation entre militaires.

Toutefois, la conférence de paix d’Addis-Abeba montre également que la Chine est de plus en plus disposée à promouvoir ses propres initiatives en matière de sécurité dans ces cadres. Comme l’aurait souligné l’ambassadeur chinois au Soudan, Ma Xinmin, la conférence est une « initiative de la Chine visant à renforcer la stabilité, le développement et la bonne gouvernance dans cette région importante ». Après les critiques occidentales de la campagne militaire d’Addis-Abeba contre le Front populaire de libération du Tigré l’année dernière, Pékin pourrait voir dans la conférence une occasion de soutenir davantage le gouvernement central éthiopien et le Premier ministre Abiy Ahmed, tout en présentant la Chine comme un acteur extérieur différent de l’Occident. Les pourparlers entre les responsables éthiopiens et chinois à cet égard se sont apparemment poursuivis en coulisses depuis le pic du conflit éthiopien à la fin de l’année dernière, ce qui reflète la volonté de la Chine d’intensifier ses efforts pour favoriser la stabilité.

Comme le souligne Bernardo Mariani dans ce récent rapport, en principe, la vision de la Chine pour faire face aux conflits et aux problèmes de sécurité à l’étranger est souvent présentée comme fondamentalement différente de celle des pays occidentaux. Fondée sur le lien entre sécurité et développement, l’idée que la sécurité a besoin du développement économique et vice-versa, la « paix développementale » de la Chine cherche à créer la stabilité plutôt que la « paix libérale ». L’objectif est moins de mettre en place des institutions démocratiques que de favoriser un environnement politique stable grâce à la croissance économique et au renforcement du pouvoir d’un gouvernement central fort.

Malgré cette différence, il existe de nombreux domaines où les intérêts chinois et occidentaux se chevauchent. La Chine a soutenu l’initiative « Silence les armes » de l’Union africaine ainsi que, plus largement, l’architecture africaine de paix et de sécurité. Les chercheurs ont également souligné la convergence croissante entre les interventions de la Chine et celles d’autres acteurs dans la pratique, citant un accent croissant sur le besoin de développement et de stabilisation – plutôt que de paix libérale – dans certains contextes. Du point de vue de Pékin, la nécessité d’un engagement constructif est évidente : rien qu’en Éthiopie, la Chine a investi plus de 13,7 milliards de dollars américains depuis 2000, ce qui a stimulé un secteur manufacturier à bas salaires et la croissance économique du pays au cours des dernières décennies.

Mais la Chine a également un intérêt stratégique plus large à s’engager dans la Corne de l’Afrique. La voie ferrée Addis-Abeba – Djibouti, construite et cofinancée par la Chine et ouverte en 2018, et sa connexion à la zone internationale de libre-échange de Djibouti (DIFTZ), qui a été intégrée à l’initiative chinoise Belt and Road (BRI), ainsi que la première base militaire chinoise à l’étranger à Djibouti, reflètent la façon dont la Chine est devenue une partie prenante clé dans les questions économiques et, surtout, sécuritaires régionales.

La Corne de l’Afrique devient ainsi rapidement un microcosme pour évaluer l’avenir de la Chine en tant que facteur de sécurité dans l’hemisphere Sud. Toutefois, le mandat de M. Xue comprenant l’objectif ambitieux d’atteindre « la stabilité, le développement et la prospérité à long terme dans la Corne de l’Afrique », il n’est pas certain que la Chine soit à la hauteur de cette tâche.

En effet, si la Chine peut utiliser son poids économique et diplomatique pour mettre la table des négociations en convainquant les parties régionales de participer aux pourparlers, Pékin s’est généralement abstenu de fixer l’ordre du jour. À en juger par l’engagement passé de la Chine dans la région – par exemple au Sud-Soudan -, l’initiative de Pékin se heurtera probablement à des obstacles dans le règlement des problèmes régionaux. Cela s’explique principalement par le fait que la fixation de l’ordre du jour dépend de la volonté des partenaires africains de la Chine. C’est leur agence qui déterminera en fin de compte le succès de toute initiative de paix et de sécurité menée par la Chine.

Une Corne plus pacifique et plus stable est certainement dans l’intérêt de tous. La transition bâclée du Soudan, la menace transnationale d’Al-Shabaab en Somalie et les tensions ethniques et politiques actuelles en Éthiopie témoignent de la nécessité de trouver des solutions nouvelles et créatives aux problèmes de sécurité régionale. La Chine a été un moteur de la croissance économique régionale, mais il reste à voir si elle peut également être un garant de la sécurité régionale.

Lukas Fiala est le coordinateur de projet pour China Foresight à LSE IDEAS.

C’est quoi le Projet Afrique Chine

Indépendant

Le Projet Afrique-Chine est fondamentalement independent, non-partisan et ne fait la promotion d’aucun pays, compagnie ou culture.

Actualité

Une sélection minutieuse des articles les plus importants de la journée sur la Chine et l’Afrique. Mise à jour 24 heures sur 24 par des rédacteurs humains. Pas de robots, pas d’algorithmes

Analyses

Des points de vue divers, souvent non conventionnels, d’universitaires, d’analystes, de journalistes et de diverses parties prenantes du débat Chine-Afrique.

Réseau

Un réseau de professionnels unique, composé de chercheurs, d’analystes, de journalistes et d’autres acteurs de la Chine et de l’Afrique du monde entier.